BMG septembre 2021 – Retour à la surface de notre baromètre global

Notre baromètre économique global revient timidement en zone neutre, à -0,1 après un passage en zone négative en août, à -0,5 contre -0,4 en première estimation. Le momentum de chacune des composantes revient vers zéro en septembre, synonyme d’un arrêt de la dégradation. L’indicateur d’inflation remonte à 1,1, en revanche, et retourne en zone franchement positive pour la première fois depuis mai.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

BMG juin 2021 – Notre baromètre au plus bas depuis un an

 Notre baromètre économique global retombe en zone neutre en juin, à 0,2 après 0,4. Toutes ses composantes refluent, particulièrement celles de la production et de l’investissement qui retombent en terrain légèrement négatif. La zone euro bénéficie toujours d’une reprise d’autant plus forte que la crise a été profonde, l’amélioration marque en revanche déjà le pas dans les autres régions. Notre baromètre d’inflation conserve un très haut niveau, bien qu’en très léger recul, à 0,8 après 0,9.

 

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

BMG mai 2021 – Doit mieux faire !

Notre baromètre économique global demeure en zone assez positive en mai mais recule à 0,4 après 0,7, chiffre révisé en hausse d’un dixième. Les indicateurs détaillés de consommation, investissement et commerce extérieur suivent la même trajectoire, légèrement baissière au-dessus de 0. Le climat des affaires connaît, lui, une amélioration insignifiante. Notre baromètre d’inflation stagne à 0,9 après, cependant, une forte révision à la hausse de l’estimation d’avril de 0,5 point.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Le PIB japonais se replie de nouveau au premier trimestre

Selon les premières estimations officielles, souvent soumises à d’importantes révisions, le premier trimestre 2021 a été marqué par un recul du PIB japonais de 1,3 %, conséquence principalement des restrictions sanitaires en ce début d’année. Le PIB tombe ainsi à un niveau inférieur de 2,3 % à celui du dernier trimestre 2019, déjà impacté par les conséquences de la hausse de la TVA. La relation entre mobilité, consommation, notamment de services, et PIB, est établie et explique une bonne part de ce résultat ; la consommation des ménages a contribué à hauteur de 0,7 point à la chute du PIB. Quant au commerce extérieur, sa contribution négative provient d’une forte croissance des importations, venue écraser celle de 2,3 % des exportations, en fort ralentissement malgré le soutien apporté par l’industrie des semi-conducteurs. Un ensemble, assez médiocre, donc, qui ne préjuge rien de bien palpitant pour cette économie. Son PIB flirte aujourd’hui avec ses niveaux de 2008, et tout laisse penser qu’il sera difficile de résorber les conséquences de la crise sanitaire.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

France – Allemagne : 20 ans d’histoire économique comparée

Télécharger le moniteur

UneComme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l’emporte-pièces ou autres idées reçues, souvent difficilement réconciliables avec la réalité. S’assurer que nous ne faisons pas fausse route dans les choix décisifs que nous prenons aujourd’hui passe par l’assurance d’une bonne connaissance de notre passé. C’est la raison pour laquelle nous publions aujourd’hui ce cahier de graphiques, résumé de vingt ans d’histoire économique comparée de la France et de l’Allemagne. 

Croissance, consommation, emploi, immobilier, endettement, démographie, commerce extérieur, autant de thèmes passés en revue dans ce document, pour s’assurer de mieux comprendre la réalité économique des deux premières économies de la zone euro.