Gouvernance européenne : au-delà des noms…

Nous avions opté, à la veille des élections européennes, pour un titre provocateur : « Sans électrochoc salvateur, l’Europe se dirige droit dans le mur ». Après le fiasco des premiers rounds de négociations sur la désignation des responsables des postes-clés de la gouvernance de l’Europe, les nominations finales sont plutôt réconfortantes. L’électrochoc s’est-il produit ? On est tenté de le penser, comme semble d’ailleurs en témoigner l’écrasement du spread de taux d’intérêt italo-allemands depuis l’annonce des nominations de C. Lagarde et d’U. von der Leyen respectivement à la tête de la BCE et de la Commission.

Si ce point de départ rassure, le plus dur reste néanmoins à faire : il s’agit de sortir l’Europe de l’immobilisme de ces dernières années et de parvenir à atteler ses différentes parties à une ambition collective. C’est tout l’impératif de ce quinquennat au cours duquel il faudra raccrocher les wagons que la crise de ces dernières années a trop dispersés. Au-delà des chefs de file, les dissensions sont intenses entre les différents pays de la région et, contrairement à ce que l’on serait tenté de penser, un environnement international adverse n’est pas forcément synonyme de meilleure cohésion intra européenne. Si les chances de réussite existent, elles appelleront une détermination sans faille et un degré d’habileté que les conditions économiques difficiles en présence ne cesseront de challenger que ce soit sur le plan monétaire, financier ou budgétaire.

Lire la suite…

Casse-tête de vacances : l’énigme démographique

Vieillissement, surpopulation, Afrique… Les esprits s’échauffent tout à coup. Les développements démographiques en cours ne sont pourtant pas nouveaux et ont été annoncés de longue date sans que les économistes ne daignent, pour la plupart, s’en préoccuper. Sujet à bien des égards tabou, trop intime pour être considéré comme du domaine des politiques publiques ou de trop long terme pour inspirer les responsables politiques, la démographie a été sortie du champ de l’analyse économique contemporaine, par ailleurs, trop convaincue du caractère inépuisable du développement de l’offre, capable tout à la fois de garantir les moyens de subsistance d’une population croissante et de se substituer à une main d’œuvre en voie de raréfaction annoncé. Le sujet revient avec d’autant plus de fracas au fur et à mesure que se développe l’évidence de moins en moins contestable du réchauffement climatique et la prise de conscience de l’épuisement des ressources planétaires qui en découle, en même temps, peut-être, que les interrogations que suscitent l’enlisement économique de ces dernières années.

Les nouvelles projections de l’ONU ont été publiées courant juin et le rappellent : selon le scénario le plus probable, la population mondiale atteindrait 9,7 milliards d’individus d’ici 2050, contre 7,6 milliards aujourd’hui, soit une hausse de 2,1 milliards au cours des prochaines 32 années, à peine inférieure de 500 millions personnes à celle des 32 années écoulées. La tendance démographique suit donc son cours sans changement majeur par rapport au passé. Pourquoi, dès lors, ces projections suscitent-elles tant de panique ? Il y a plusieurs raisons à cela.

Lire la suite…

La FED passera son tour en juillet, à moins que…

Avec 191K créations de postes en juin, le rapport sur l’emploi américain n’offre pas d’argument suffisant à la FED pour abaisser ses taux directeurs dès la fin du mois de juillet. La statistique a, de fait, eu un impact d’ampleur sur les marchés qui escomptaient à quasiment 100 % la probabilité d’un passage à l’acte à l’occasion du prochain FOMC. La partie semble pourtant loin d’être jouée et les trois semaines qui nous séparent du prochain FOMC pourraient offrir bien des occasions de reconsidérer l’hypothèse d’un statu quo de la FED immédiatement suscitée par ce rapport.

Lire la suite…

Baisse des taux égale protection des cycliques, vraiment ?

La cause semble entendue. La dégradation de la conjoncture internationale, sur fond de crispations commerciales persistantes et d’absence d’inflation poussera la FED à assouplir sa politique monétaire et, de facto, la plupart des grandes banques centrales à suivre le mouvement, d’une manière ou d’une autre, en fonction de leur inventivité… De fait, la perspective d’un retour du QE n’est plus très éloignée et stimule bourses mondiales et marchés du crédit sur fond de regain d’appétit pour les valeurs cycliques.

Il y a au moins trois raisons pour lesquelles ces réactions semblent discutables et, par voie de conséquence, sujettes à révision.

Lire la suite…

La France championne des PMI. L’histoire n’est pas celle qu’on croit, mais rassure.

Encore une fois, l’économie française surprend agréablement, avec une hausse significative du PMI, de 1,7 points en juin, soutenue tout à la fois par le secteur manufacturier et les services. Si le PMI synthétique n’a pas encore retrouvé son niveau du mois de novembre, d’avant la crise des gilets jaunes, il n’en est plus très éloigné malgré l’extrême détérioration de la situation dans le reste du monde depuis cette période. De fait, selon les premières informations disponibles, le PMI français caracole en tête des principaux pays. On est spontanément tenté d’attribuer ces bons résultats aux mesures de soutien du gouvernement. À y regarder de plus près, pourtant, l’histoire n’est pas celle-ci. Qu’à cela ne tienne, il s’agit potentiellement d’une meilleure nouvelle encore !

Lire la suite…

Branle-bas de combat monétaire : à quoi s’attendre ? (Mise à jour de notre scénario)

« Nous surveillons de près les implications de ces développements pour les perspectives économiques américaines et, comme toujours, nous agirons comme il convient pour soutenir la croissance ». Ces propos tenus le 4 juin par J. Powell au sujet de la guerre commerciale, en dehors du cadre habituel du FOMC, auraient pu tomber dans l’escarcelle de la seule expression de sa vigilance, sans conséquence majeure sur la trajectoire monétaire immédiate, au vu notamment, de la bonne santé économique présumée de l’économie américaine il y a peu. Dix jours plus tard, rien de cela. Face à la détérioration rapide des indicateurs conjoncturels, au durcissement de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, à la multiplication des menaces de D. Trump à l’égard de trop nombreux pays, la vigilance exprimée par le président de la FED a fini par convaincre d’un vraisemblable passage à l’acte dans de très brefs délais, possiblement dès le FOMC de la semaine prochaine. Si la certitude d’une baisse des taux dès le 19 juin n’est pas encore établie, celle d’une action à venir d’ici à l’automne et au-delà s’est nettement accrue et entraîne d’ores et déjà de profonds changements à notre scénario.

Lire la suite…

Dans les starting-blocs avant le G20, l’or, le yen et l’euro s’envolent après l’emploi américain

Les histoires ne sont pas identiques mais finissent par se retrouver sur le même terrain miné de l’escalade de la guerre commerciale, qu’accompagne une détérioration rapide de l’environnement conjoncturel international. Les marchés des devises et de l’or se sont préparés à ces risques ces dernières semaines et, au point de crispation actuel, la teneur des échanges du G20 risquait fort de provoquer d’importantes réactions sur les marchés de l’or et des devises, D. Trump ayant notamment annoncé qu’il prendrait après cette réunion sa décision d’augmenter ou non les tarifs à l’importation sur l’ensemble des produits chinois… Les chiffres de l’emploi américain sont venus bousculer l’agenda et précipiter les mouvements que nous redoutions au lendemain du G20. Gare à l’emballement en cas d’échec de ce sommet.

Lire la suite…

La dernière correction des marchés ne devait pas excéder octobre. Elle s’éternisa jusqu’au 25 décembre… Qu’en sera-t-il de l’actuelle ?

Lorsqu’en octobre dernier la remontée des taux d’intérêt américains a déclenché la chute des actifs mondiaux, nombreux sont les observateurs à avoir considéré ce mouvement comme un accès de volatilité saisonnier ; il perdura finalement jusqu’à la fin de l’année dernière et entraina les pertes dont on se souvient.

Le changement de cap des banquiers centraux, l’espoir d’une relance de la croissance chinoise, ceux d’un accord commercial imminent entre la Chine et les Etats-Unis et d’une reprise de la consommation mondiale consécutive à la chute des prix du pétrole ont œuvré de concert pour redresser la barre et autoriser un début d’année exceptionnel de récupération et de regain d’appétit pour le risque. Fin avril, les grands indices mondiaux avaient pour la plupart retrouvé ou dépassé leurs niveaux de l’été 2018. Entre temps que s’est-il passé ? L’industrie mondiale s’est enfoncée en récession ; en lieu et place de la relance escomptée, c’est une économie chinoise de jour en jour plus en souffrance que nous décrivent les indicateurs ; quant aux prix du pétrole, dont la baisse était censée soutenir le pouvoir d’achat, ils sont remontés de 40 %. Ignorés par les marchés tant que planait encore l’espoir d’un accord rapide entre D. Trump et Xi Jinping, cette réalité a repris le dessus au fur et à mesure de l’escalade du conflit commercial tout au long du mois de mai. Après un début d’année en fanfare, les marchés mondiaux en ont accusé le coup, la plupart des indices mondiaux enregistrant des replis marqués au cours du mois écoulé.

Comme en octobre, ce mouvement ne semble pas inquiéter outre mesure les investisseurs tentés, pour beaucoup, de voir se profiler dans le repli en cours des opportunités d’investissement à bon compte. La dégradation des perspectives mondiales, le retournement du cycle des profits, le peu de marges de manœuvre des banques centrales et l’instabilité géopolitique croissante ne nous encouragent pas sur cette voie. Au contraire de la fin de l’année dernière, les forces de rappel font, en effet, bougrement défaut pour miser sur une récupération imminente des marchés mondiaux.

 

Lire la suite…