Baisse de la production allemande, déjà !

Malgré les données rassurantes sur les commandes publiées hier, la production industrielle allemande a reculé de 0,2 % en août et sa composante manufacturière de 0,7 %, pour des niveaux inférieurs de respectivement 11,6 % et 12,2 % à ceux d’août 2019. La contraction de la production de matériel de transport est responsable du mauvais chiffre d’ensemble ;il n’y a rien de bien surprenant à cela après sa récupération des derniers mois. Toutefois, si la plupart des autres secteurs poursuivent leur rattrapage, c’est à un rythme souvent moindre que les mois précédents quand, simultanément, les biens d’équipement, toujours très loin de leur niveau d’avant crise, reflanchent. L’ensemble n’est pas de bon augure au moment où le regain d’épidémie risque à nouveau de se faire sentir sur la demande à venir.

 

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

La production industrielle décroche en Allemagne

Après de médiocres commandes à l’industrie allemande publiées hier, la production de ce matin est carrément mauvaise. En juillet, l’activité industrielle hors construction s’est repliée de 1,5 % soit encore une baisse de 1,6 % par rapport au mois de juillet 2015, la plus faible performance depuis deux ans.

Production allemande

Le résultat est plus mauvais encore une fois exclu le secteur énergétique, seul à avoir progressé en juillet : hors construction et énergie, la production s’inscrit en baisse de 1,9 %, en effet. Si le rebond du mois de juin permet de relativiser la mauvaise nouvelle de ce matin, le résultat sur deux mois n’en reste pas moins préoccupant, l’économie allemande étant à l’évidence en perte de vitesse, quand le net repli de la production de biens intermédiaires n’augure pas des meilleures tendances pour les mois à venir.

Production allemande secteur

Curiosité déjà observée hier dans les chiffres des commandes, les biens de consommation durables constituent le principal soutien à la croissance. L’automobile est vraisemblablement à l’origine de cette situation, un constat néanmoins insuffisant pour compenser les mauvaises nouvelles en provenance des secteurs-clés de l’industrie allemande que sont également ceux des biens d’investissement et des biens intermédiaires. Les commandes publiées hier donnent un certain nombre d’éléments d’explication à cet essoufflement :

  1. Une détérioration de la demande domestique de plus en plus clairement identifiée depuis le début de l’été.
  2. Une anémie persistante de la demande extra-zone euro dont on ne peut estimer à ce stade quelle est la part de la responsabilité britannique.

Dans l’ensemble, ces données confirment la fragilité de l’économie allemande dans un contexte de stagnation de la demande internationale qui, malgré le soutien représenté par la meilleure tenue de la demande intra-UEM, a du mal à tirer son épingle du jeu en présence.

Commandes allemandes août 16

La détérioration des perspectives d’investissement s’accélère à l’échelle mondiale

Télécharger l’article intégral

Portés par les nouvelles réconfortantes en provenance de Chine ou des États-Unis, les marchés ont assez largement ignoré la détérioration persistante des perspectives mondiales d’investissement que révèlent les derniers indicateurs. Le diagnostic est pourtant sans ambiguïté : l’investissement productif est en voie de contraction dans la plupart des grands pays industriels. On peut redouter plusieurs conséquences de ce constat :

  • Des déceptions sur le front de l’emploi,
  • Des effets d’entraînement à la baisse sur le front du commerce mondial
  • Une remise en cause des prévisions du consensus
  • Une correction boursière des valeurs du secteur dont la performance récente semble avoir largement sous-estimé les tendances en place.