Tête-à-queue des marchés après les NFP et l’ISM américains

Des mois à plus de 500 K créations d’emplois salariés, l’économie américaine n’en a pas souvent connu. On en recense un au cours des trente années qui précèdent la première vague de l’épidémie de covid. Autant dire qu’avec 517 K postes créés en janvier la situation est exceptionnelle. Rattrapage toujours ? Ça commence à être suspect. Méli-mélo des nouveaux programmes de désaisonnalisation initiés durant la période exceptionnelle de l’épidémie ? Sans aucun doute mais, pour le coup, même les données brutes sont de qualité ce mois-ci : en janvier les destructions de postes n’auraient pas dépassé 1,6 million, contre 1,8 à 2,1 million depuis dix ans en cette période de l’année, la différence est de taille. Récupération en janvier des pertes de décembre liées aux perturbations climatiques ? Là encore, rien ne permet de le dire. Alors, on cale. D’autant plus que le taux de chômage issu d’une enquête indépendante rechute à 3,4 %, du jamais vu de 1969 et que les créations de postes sont généralisées à tous les secteurs parmi lesquels certains étaient depuis longtemps, avant covid même, en sous-régime, tel le commerce de détail. Alors, la FED a-t-elle vraiment refroidi l’économie américaine ? Hausse de la durée du travail et remontée de l’ISM non-manufacturier à 55,2, après 49,2 (contre 49,6 initialement) ne le suggèrent pas davantage et valident notre sentiment initial selon lequel les distorsions climatiques et le ralentissement de l’inflation énergétique expliquaient le mauvais chiffre de décembre. Alors, M. Powell on rembobine la conférence de mercredi ? Après leurs errements de ces derniers jours, les marchés de taux semblent s’y atteler et ça promet du mouvement.

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre

Récession américaine ? La réponse est hésitante ; l’étau se resserre sur la FED

Les indicateurs d’activité américains se dégradent les uns après les autres. Après la forte baisse du climat des affaires de la Fed de New-York, les ventes de détail et la production industrielle se sont respectivement contractées de 1,1 % et 0,7 % en décembre, soit dans les deux cas, des replis d’ordres comparables à ceux du mois de novembre. Que la Fed d’Atlanta continue à estimer la croissance du quatrième trimestre aux environs de 3,5 % en rythme annualisé, ne change pas grand-chose au diagnostic : l’économie américaine va mal, sans doute beaucoup plus mal que ne le suggère le rythme récent des créations d’emplois. Au point d’être déjà en récession ? La lecture du Beige book, tout juste publié, ne l’indique pas. L’activité y est décrite comme faible, souvent stable, seulement dans de rares cas en baisse, à l’exception notable, cependant, de l’immobilier, toujours en fort repli. À ce stade, néanmoins, le risque d’un emballement à la baisse est important. La FED ne peut l’ignorer mais doit gérer une balance des risques bien délicate.

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre

Avec 7 % d’inflation américaine dans les services, le compte n’y est pas

Les données publiées aujourd’hui font état d’une première baisse de l’indice CPI corrigé des variations saisonnières depuis deux ans et demi, qui perd 0,1 % entre novembre et décembre. Les trois principales composantes de l’inflation annuelle baissent, en tout premier lieu l’énergie qui reflue de presque 6 points, mais aussi l’alimentaire dont les prix ont enregistré leur plus faible hausse depuis mars 2021, de 0,3 % néanmoins. L’indice sous-jacent, augmente de 0,3 %, ce qui suffit à faire refluer l’inflation hors énergie et alimentation à 5,7 % après 6 %. Sur douze mois, l’inflation totale a atteint un point bas depuis plus d’un an, à 6,5 % (-0,6 points).

Seul hic, l’inflation des services, censée être l’indicateur le plus fiable des tendances endogènes accélère de 6,8 % à 7 %, son plus haut niveau depuis 1982… Quand bien même ce résultat s’explique quasi-exclusivement par les loyers, c’est un sujet

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre

Coup de froid sur l’ISM non-manufacturier américain ; youpi, les taux baissent !!!

Avec un premier retour en zone « de contraction », à 49,6 et surtout sa troisième pire baisse du début de siècle, -6,9 points, l’indicateur ISM des services renvoie, pour sa part, un signal nettement récessif. Il tranche ainsi avec les données d’emploi publiées plus tôt et, plus largement, avec des anticipations de croissance du quatrième trimestre, généralement bien orientées. Les indicateurs conjoncturels américains continuent de se contredire les uns les autres et brouillent les pistes. Les marchés en profitent pour s’envoler : moins de croissance c’est moins de hausse des taux donc c’est tout bon pour les matières premières !

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre

Au menu : hausse des taux ou récession. Les PMI jouent avec les nerfs des marchés

Après la bonne surprise de ce matin, l’heure est à la grande déception aux Etats-Unis. La première a fait s’envoler les taux, la seconde remet au centre du jeu les risques de récession. Le PMI composite américain passe de 46,4 à 44,6, son plus bas niveau depuis août, sous l’effet d’une dégradation de ses deux composantes, services et industrie manufacturière. Si les baisses enregistrées il y a quelques mois étaient dues au contexte de hausses de prix, celle de décembre intervient en revanche dans un environnement de moins en moins inflationniste, selon l’enquête elle-même : « l’action de la Fed semble porter ses fruits sur les prix mais aussi sur l’activité ».  Jusque-là très contradictoires, les indicateurs américains soufflaient le chaud et le froid. Malgré les difficultés de l’immobilier, les autres secteurs gardaient la tête hors de l’eau… du moins jusqu’à hier. En effet, avant même les PMI, les ventes de détail  en termes nominaux et la production manufacturière de novembre avaient déjà reculé trous deux de 0,6 %. L’économie est-elle déjà en récession comme le suggère le niveau du PMI ? Le doute est encore permis. L’enquête n’est pas forcément imperméable au contexte de prix et après avoir dopé les résultats de l’an dernier, l’inflation pourrait aujourd’hui tirer les l’indicateur  vers le bas. Il faudra attendre l’ISM pour confirmer le diagnostic, lequel avait renvoyé un son de cloche bien différent des PMI le mois dernier.

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre

La consommation américaine, l’arbre qui cache -mal- la forêt

Comme on pouvait le présager après les données de ventes de détail, la consommation des ménages américains a progressé de 0,5 % en octobre, sa plus forte hausse en termes réels depuis janvier. Avec un acquis de déjà 0,8 % pour le dernier trimestre, voilà qui est en phase avec une croissance tirée par les dépenses des ménages.  Par ailleurs, l’inflation PCE, bien que toujours élevée, confirme son ralentissement. Jusque-là tout roule, donc… Croissance préservée et pivot possible de la FED comme rappelé hier par J. Powell.  Sauf que l’histoire ne s’arrête pas là. L’ISM s’est à nouveau replié en novembre, au point de retomber en zone de contraction, à 49  dans l’industrie manufacturière. La reprise de la consommation, pourtant, portée par les achats d’automobiles (+8,9%) ne laissait pas attendre cela ! Quant au rapport de l’ADP hier, il valide bel et bien le ralentissement du marché de l’emploi, suggéré ces dernières semaines par les inscriptions hebdomadaires au chômage. Alors l’économie américaine est-elle aussi résiliente ? Contrairement aux Français ou aux Allemands, les Américains ont largement rogné sur leur épargne pour financer leurs achats récents. Leur taux d’épargne est ainsi retombé à 2,3 % de leur revenu, un plus bas depuis 2005. Une situation tenable tant que le recours au crédit est possible, ce qui pourrait être de plus en plus compromis avec une détérioration des perspectives que suggèrent tout à la fois la chute de l’ISM, le premier recul des profits trimestriels des sociétés publié hier, le retournement immobilier et le ralentissement effectif des créations d’emplois selon l’ADP…

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre