Perspectives d’inflation 2020 : pas grand-chose de plus qu’un soubresaut de court terme

Difficile de trouver la faille par laquelle l’inflation cyclique pourrait s’immiscer dans le scénario économique des prochains trimestres tant est faible le degré de résistance de la demande à tout choc de prix, aussi minime soit il et où que ce soit. Un terme à la guerre commerciale pourrait, en cas d’élimination totale des risques de rebondissements, rouvrir la voie à une plus forte transmission des hausses de coûts des entreprises aux prix finaux mais le postulat est à l’évidence trop fragile pour être privilégié dans un scénario central. Nos prévisions d’inflation pour l’année 2020 sont donc ternes… À l’exception toutefois du très court terme au cours duquel effets de base énergétiques et impact des hausses récentes de tarifs douaniers américains risquent de faire flamber l’inflation totale bien au-dessus de ses niveaux présents. A l’heure où l’absence d’inflation reste un sujet de très large incompréhension, cette embardée, purement ‘technique’, aux retombées conjoncturelles plus dépressives qu’inflationnistes et qui ne devrait pas durer au-delà du quadrimestre à venir, pourrait néanmoins constituer une bonne occasion de tester la résistance du contexte de bas taux d’intérêt pour les marchés financiers… Attention, sol glissant…

Lire la suite…

Sinon, l’économie américaine se porte à merveille…

Les données américaines du jour ne sont pas franchement en phase avec l’optimisme des marchés, avec une timide hausse des ventes de détail et une production industrielle en repli de 0,8 %.

Les premières ont augmenté de 0,3 % en octobre… après avoir baissé de 0,3 % en septembre. Hors automobiles, la hausse n’est plus que de 0,1 %, après un chiffre révisé de 0 à -0,1 %, l’ensemble à prix courants. Sachant que l’indice des prix s’est accru de 0,4 % le mois dernier, cela suggère toutes choses égales par ailleurs, un déclin des achats réels pour le deuxième mois consécutif…

Si côté automobile, les données semblent un brin meilleures, il s’agit sans doute d’un effet prix au vu de ce que nous savons des ventes de véhicules sur la période, en léger repli, dans la tendance de ces derniers mois, à 16,8 millions.

Mais les résultats sont plus mauvais encore du côté de la production industrielle, en baisse de 0,8 % après déjà un repli de 0,3 %. Sur un an, la récession industrielle s’accentue ainsi, à -1,1 %. Côté manufacturier, le rebond de l’ISM n’a pas été suivi de faits : la production flanche de 0,6 % – après déjà -0,5 % le mois dernier ce qui porte à sept les mois en recul cette année et à -1,5 % la contraction annuelle de production.

Au total, le quatrième trimestre ne débute pas sous les meilleurs auspices. Déjà faible, à tout juste 1 % en rythme annualisé, l’estimation de la FED d’Atlanta pour la croissance du quatrième trimestre ne semble pas devoir s’améliorer.

À ce rythme-là, J. Powell ne va pas pouvoir garder longtemps son discours enchanteur sur la bonne santé de l’économie américaine et encore moins son intention de statu quo…. Vite, vite, un accord commercial…

Lire la suite…

La bise asiatique balaye les vents d’alizés allemands

Si les PMI chinois avaient porté l’espoir d’une amélioration de la situation conjoncturelle, les statistiques-clés de la conjoncture chinoise du mois d’octobre les balayent : production, ventes de détail, investissements continuent de renvoyer l’image d’une économie embourbée. Au Japon, où la croissance du PIB était attendue en hausse de 0,6 %, compte-tenu du fort rebond des achats avant la hausse des taxes du 1er octobre, la première estimation n’est qu’à 0,1 % ; une déception s’il en est, quand bien même ces premières données font souvent l’objet d’importantes révisions. Dans ce panorama, l’Allemagne se distingue en échappant de peu à une récession pudiquement qualifiée de technique avec une croissance de 0,1 %, comme nous l’avions envisagé compte-tenu des informations disponibles en provenance de la consommation et de la construction. Le consensus, lui, anticipait un repli de 0,1 % mais la bonne nouvelle est quelque peu gâchée par la révision à la baisse du trimestre précédent et… les nouvelles contrariantes d’Asie.

Lire la suite…

Hausse du ZEW allemand, un nouvel alibi pour le DAX !

Sans surprise au vu du regain d’optimisme sur les marchés européens, les perspectives du ZEW remontent franchement, de -22,8 à -2,1 points entre octobre et novembre. À ce stade, le retour dans la zone de neutralité éclipse la menace d’une récession durable. L’amélioration du sentiment sur les variables macro-économiques, en particulier les perspectives de taux d’intérêt, ainsi que sur les secteurs les plus cycliques (chimie, automobile et mécanique) expliquent ce retournement. L’indicateur sur la situation courante se stabilise quant à lui, bien que toujours sur de faibles niveaux, à -24,7. Ces résultats vont incontestablement dans la bonne direction. Sont-ils suffisants pour augurer d’une embellie durable ? Il est trop tôt pour le dire, l’indicateur des perspectives n’est pas encore sorti de la région qui le mettrait à l’abri d’un risque de retournement (+12 à 15 points) comme ce fut le cas en début d’année. Pas de quoi cependant embarrasser le DAX qui en profite pour prendre un peu plus d’avance…

Lire la suite…

Le prêche de l’économiste face à la bulle

Ah qu’il est inconfortable le rôle de l’économiste dans un contexte de bulle, déchiré entre son devoir d’impartialité face à des fondamentaux qui ne lui permettent pas de justifier ce qu’il observe du comportement des marchés et le risque de s’obstiner face à une réalité qui pourrait lui échapper.

Après trois bulles en moins de vingt ans, il devrait pourtant être blindé mais tel n’est jamais le cas car domine toujours l’espoir qu’il se trompe et la préférence collective pour l’illusion. À quoi peut-il dès lors servir sinon à continuer de faire ce qu’il est supposé savoir faire : peser, soupeser, veiller à faire abstraction de ce qui pourrait biaiser son diagnostic pour s’assurer de comprendre l’équilibre qui anime les marchés et être en mesure d’anticiper ce qui pourrait rompre la dynamique en place pour prévenir de ce qui, fondamentalement, le préoccupe le plus, l’après-bulle ! Car c’est vraisemblablement de l’économique que viendront les développements susceptibles de prolonger ou de siffler la fin de la partie à un moment donné. Il en ressort trois scenarii pour les mois à venir et trois stratégies d’investissement susceptibles de se succéder dans le temps.

 

Lire la suite…

Les peaux de banane s’amoncellent sous les pieds de Jérôme Powell

J.Powell n’avait pas l’intention de baisser davantage les taux des Fed Funds ; « l’ajustement de milieu de cycle » était censé avoir été suffisant avec les deux mouvements décidés en juillet et septembre, selon ses propres dires d’il y a six semaines. On comprend pourtant par le silence récent du président de la Fed qu’il n’envisage pas de contrarier les marchés, lesquels chiffrent à 95 % la probabilité d’un nouveau repli d’un quart de point des taux directeurs, dans une fourchette de 1.50 % à 1.75 % ce mercredi.

On est curieux de savoir ce qu’il évoquera pour justifier cette décision. Va-t-il émettre des doutes sur la réalité de l’amélioration des perspectives internationales qu’envisagent les marchés, sur lesquelles il avait jusque-là fait porter l’essentiel de ses inquiétudes, ou revoir sa communication dithyrambique sur la conjoncture américaine à la faveur d’un tableau moins flatteur, au risque de s’attirer les foudres de D. Trump et d’inquiéter les marchés ? L’exercice ne devrait pas être très évident, surtout s’il s’agit de préparer les marchés au fait que cette baisse des taux est la dernière dans un environnement censé être dénué de risques majeurs, face auquel la FED est néanmoins amenée à soulager quotidiennement le marché monétaire à hauteur de 120 milliards de dollars…

Les risques d’un faux pas sont décidément élevés pour J. Powell qui, plus ballotté que ne l’a jamais été aucun président de la FED avant lui, pourrait avoir du mal à convaincre de la trajectoire qu’il poursuit. Les anticipations de marchés pourraient trouver dans les données économiques à venir, le PIB et, plus encore, le rapport sur l’emploi de vendredi, beaucoup plus d’éléments de conviction sur le chemin à venir de la politique monétaire.

lire la suite

La vie en rose et en bulle…

Décidément, les marchés en veulent et les récents développements ne les découragent pas. Après le pré-accord sino-américain de vendredi dernier, le dossier britannique évolue lui aussi vers un possible accord de dernière minute qui permettrait d’échapper au scénario d’un Brexit sans accord. Les deux sujets de préoccupation majeure des marchés seraient donc en passe d’être réglés et les menaces écartées ce qui s’est soldé sur les bourses occidentales par un retour sur leurs sommets récents, voire davantage. Disproportionnée, la réaction des marchés l’est incontestablement selon notre analyse. C’est néanmoins le propre des bulles que de prendre à contre-pied l’analyse fondamentale. Comment envisager dès lors le proche futur ?

Lire la suite…

L’inflation américaine, plombée, n’autorise pas pour autant de baisse des taux de la FED en octobre

Avec près de 81 % de probabilité d’une nouvelle baisse des taux des Fed Funds le 30 octobre, les anticipations des marchés sont décidément bien ancrées. Brièvement impactées par l’annonce d’un nouveau repli du taux de chômage vendredi dernier, les chiffres d’inflation les ont déjà regonflées. Mais la Fed n’en veut pas et on peut la comprendre. Ses marges de manœuvre ne sont pas aussi confortables en effet qu’elle puisse en user autrement qu’avec une très grande parcimonie. Sauf échec des négociations avec la Chine suivi de secousses financières menaçantes, elle préférera privilégier le statu quo, comme l’a rappelé hier le président de la FED de Dallas, R. Kaplan.

Lire la suite…