Le Japon en bonne voie pour une année de récession en 2020

C’était à prévoir au vu du choc provoqué par la hausse des taxes à la consommation du 1er octobre, le PIB japonais a fortement reculé au quatrième trimestre pour se contracter de 1,6 % par rapport au trimestre précédent et de 0,4 % sur un an. Si 2019 sauve les meubles avec une croissance annuelle de 0,8 %, la détérioration de la situation économique est particulièrement marquée en fin d’année. Avec un acquis de -1 % pour 2020 et une première moitié d’année forcément impactée par le Coronavirus, il sera assurément difficile à l’économie nippone de redresser la barre ; il faudrait, en effet, une hausse du PIB de 0,4 % au cours de chacun des trimestres de cette année pour revenir à zéro en moyenne. Sauf forte révision à la hausse de cette première estimation du PIB du quatrième trimestre, ce qui est assez coutumier au Japon, 2020 pourrait ainsi marquer la première année de récession du PIB depuis 2009.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

La bise asiatique balaye les vents d’alizés allemands

Si les PMI chinois avaient porté l’espoir d’une amélioration de la situation conjoncturelle, les statistiques-clés de la conjoncture chinoise du mois d’octobre les balayent : production, ventes de détail, investissements continuent de renvoyer l’image d’une économie embourbée. Au Japon, où la croissance du PIB était attendue en hausse de 0,6 %, compte-tenu du fort rebond des achats avant la hausse des taxes du 1er octobre, la première estimation n’est qu’à 0,1 % ; une déception s’il en est, quand bien même ces premières données font souvent l’objet d’importantes révisions. Dans ce panorama, l’Allemagne se distingue en échappant de peu à une récession pudiquement qualifiée de technique avec une croissance de 0,1 %, comme nous l’avions envisagé compte-tenu des informations disponibles en provenance de la consommation et de la construction. Le consensus, lui, anticipait un repli de 0,1 % mais la bonne nouvelle est quelque peu gâchée par la révision à la baisse du trimestre précédent et… les nouvelles contrariantes d’Asie.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner