Face à l’enlisement de l’économie chinoise, la menace d’une dépréciation du yuan

Après un rebond le mois dernier, les indices PMI retombent en avril, confirmant les craintes que les meilleurs chiffres du mois de mars aient avant tout été le résultat de perturbations saisonnières liées au nouvel an chinois. Face à une situation d’enlisement, le risque d’un décrochage du yuan augmente malgré les avancées sur le front du conflit commercial sino-américain.

Lire la suite…

La Chine échoue à stabiliser sa croissance…

…« Sous la direction de la pensée Xi Jinping »

À 5,3 %, la croissance annuelle de la valeur ajoutée industrielle chinoise a de nouveau décéléré en février (5,7 % en janvier), soit, aux accidents statistiques près, son plus faible rythme depuis 1991. Malgré la chute d’un point de l’inflation depuis octobre, à 1,5 % en février, la croissance des ventes de détail stationne à 8,2 %, sur fond de remontée brutale du taux de chômage urbain, de 4,9 % en janvier à 5,3 % en février, tandis que les ventes d’automobiles continuent de refluer de 17 % l’an. Malgré le satisfécit de l’office national des statistiques sur les résultats de l’économie chinoise depuis le début de l’année (voir fin de document*), ces données continuent à souligner une situation critique, plus en phase avec les retours très mitigés des enquêtes de la Confédération nationale des directeurs d’achats (CFLP) qu’avec ceux des PMI de Markit.

Lire la suite…

PMI – Alerte rouge en Asie

La livraison des PMI manufacturiers chinois ce matin est une douche froide. Tombé à 48,3 points en janvier, l’indice semble s’enforcer inexorablement dans le rouge, avec dorénavant une moyenne sur trois mois inférieure à 50. Les nouvelles en provenance des autres pays d’Asie ne sont guère meilleures, la détérioration de ces derniers mois concentrée dans le sud-est de la région, semblant se propager inexorablement. Gare aux effets boomerang.

Lire la suite

Derrière le ralentissement chinois, les entreprises étrangères, particulièrement sanctionnées

En Chine, le dernier trimestre de l’année dernière a essuyé les conséquences d’une nette détérioration de la conjoncture,. Ce résultat n’est guère surprenant et aurait même pu être plus mauvais, compte-tenu des informations mensuelles jusqu’alors publiées. La toute fin d’année semble, toutefois, avoir été meilleure, avec, en décembre, un raffermissement de la production industrielle ainsi qu’un léger mieux du volume des ventes de détail. Trop tôt pour en déduire que la Chine soit sortie du mauvais pas de ces derniers mois, ces données constituent néanmoins un encouragement… dont les entreprises étrangères ne voient cependant pas la couleur : ces dernières ont vu la croissance de leur valeur ajoutée flancher davantage en décembre, à 1,7 % l’an seulement, en valeur, un plus bas depuis avril 2009.

Lire la suite…

Nette détérioration de la conjoncture chinoise au 3ème trimestre

Sans réelle surprise, compte-tenu des indicateurs récents, la situation économique chinoise s’est nettement dégradée au troisième trimestre.

Durant cette période, le PIB réel aurait augmenté de 1,6 %, après 1,7% au deuxième trimestre (chiffre initialement annoncé à 1.8 %). En glissement annuel, ce résultat se traduit par une croissance 6,5 %, après 6,7 %, contre 6,6 % prévu par le consensus de marché. Il s’agit du résultat le plus faible depuis 2009 où la croissance avait atteint 6,2 %.

Lire la suite…

Turquie, la crise de trop

La complaisance des marchés est-elle sur le point de lâcher prise dans le sillage de la crise turque ? L’hypothèse est loin d’être fantaisiste à en juger par les réactions en chaine de ces derniers jours. Il faut dire que des couleuvres, les marchés en ont ravalé ces derniers mois et que la coupe est déjà bien garnie. Derrière la crise turque se cache non seulement une situation économique de plus en plus préoccupante du monde émergent dans son ensemble mais également la remise en cause d’un espoir que nombreux continuaient à alimenter jusqu’à récemment : celui d’une guerre commerciale qui n’aurait pas lieu.

Lire la suite…

Du combat des populismes aux crises des taux de changes ; l’euro, la livre turque et les autres

Les provocations de l’administration américaine n’ont guère cessé durant la période estivale. Portés par la bonne saison des résultats des sociétés américaines, les marchés ont été relativement insensibles à ces nouvelles jusqu’au début du mois. Le climat s’est toutefois sensiblement détérioré la semaine dernière au cours de laquelle la multiplication des tensions a eu des répercussions significatives sur les marchés des changes qui figurent aujourd’hui au cœur des risques de marchés.

L’euro en route vers la parité ?

La baisse de l’euro finira-t-elle par faire remonter le niveau des taux d’intérêt futurs et par redonner des couleurs au secteur bancaire ?

La chute de la livre turque : quel risque de diffusion ?

Lire la suite…

Que cache la force tranquille qu’incarne le président chinois, Xi Jinping ?

Mais qu’attend le président chinois pour clouer le bec à Donald Trump ? Avec 1187 milliards de bons du Trésor américains dans ses caisses, soit près d’un cinquième du stock des titres de la dette publique des Etats-Unis détenus par les non-résidents, la Chine dispose, a priori, d’une arme de choix qui pourrait faire trembler les entreprises, actifs financiers et immobiliers américains, si elle venait à en user. Xi Jinping pourrait, sinon, procéder à une dévaluation de grande envergure en ajustant le taux de change de sa monnaie une bonne fois pour toutes plutôt que de le laisser glisser doucement -mais surement – ces dernières semaines ; il trouverait là un moyen de compenser une partie des droits douanes imposés à l’entrée des produits chinois sur le marché américain promis par D. Trump. La spéculation sur la stratégie que pourrait privilégier le président chinois va bon train depuis l’annonce en début de semaine d’un gonflement à 200 milliards de dollars de la cible de produits chinois visés par les mesures protectionnistes américaines. Car avec 130 milliards d’importations en provenance des Etats-Unis, le gouvernement chinois devra trouver des ressources additionnelles aux seules taxes à l’entrée pour répliquer à la hauteur des attaques de D. Trump. Le sujet n’est pourtant pas si simple qu’il n’y paraît et prédire quelle sera la stratégie de Xi Jinping semble, à ce stade, assez périlleux.

Lire la suite…