Apaisement en Chine avec le rebond des PMI dans les services

La forte chute du PMI chinois des services avait pris par surprise les observateurs le mois dernier. Expliquée dans un premier temps par un contrecoup temporaire des restrictions sanitaires et la paralysie de certains ports, l’affaire Evergrande a, depuis, apporté un nouvel éclairage sur les risques assortis à l’économie chinoise. Le rebond du PMI ce mois-ci est donc une bonne nouvelle. L’indicateur de la Confédération Logistique chinoise a rebondi de plus de sept points dans les services ce mois-ci. A 52,4 points, il reste relativement faible mais récupère peu ou prou son niveau de juillet au-dessus de la ligne de flottaison de l’activité. De son côté, l’indice manufacturier perd à nouveau un peu plus de terrain, à 49,6, un résultat toutefois peu éloigné du PMI Markit du mois dernier, qui aujourd’hui remonte à 50. Si l’industrie chinoise n’est clairement pas en phase de reprise, elle stationne probablement. Enfin, l’activité dans la construction aurait légèrement ralenti, sans pour l’instant renvoyer de signaux alarmants. Il faudra sans doute un peu plus de temps pour que l’effet des difficultés d’Evergrande se lise dans les statistiques nationales.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

L’inertie des matières premières aux données chinoises, argument de tapering ?

Les principales données d’août sur l’économie chinoise ont été publiées ce matin et, sans surprise, sont mauvaises. La croissance annuelle de la valeur ajoutée industrielle ressort à 5,3 %, à comparer à des prix à la production en hausse de plus de 9 % l’an ; ce qui correspond vraisemblablement à une contraction à vive allure. La croissance des ventes de détail s’écrase, l’estimation officielle en volume n’étant plus que de 0,9 % l’an. Le taux de croissance des immobilisations d’actifs fixes (investissement) s’étiole un peu plus, tandis que la décélération persistante des prix immobiliers semble corroborer un regain de difficulté de ce secteur, en pleine crise d’Evergrande. Le plus ennuyeux est, néanmoins, que les marchés des matières premières qui, ces dernières années s’étaient montrés particulièrement sensibles à la conjoncture chinoise, ne font aujourd’hui guère cas de cette situation : le pétrole approche 75$ le baril ce matin et le nickel, le zinc, le cuivre, l’aluminium ou le palladium, lui emboîtent le pas. Les données d’importations chinoises réfutent pourtant bel et bien la thèse d’une demande exceptionnelle de la part de l’Empire du milieu. La spéculation est-elle à ce point débridée ? Et dans ce cas, le mieux qu’auraient à faire les banques centrales ne serait-il pas de casser cette dynamique néfaste, par un tapering ?

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

L’économie chinoise décroche

L’activité manufacturière n’était déjà pas brillante en Chine ces derniers temps et la situation, sur ce front, ne s’est pas améliorée en août mais, surtout, les espoirs que les services prennent le relai d’une industrie en panne de croissance ont été balayés avec la publication, ce matin, de l’enquête de la Confédération de la logistique et des achats, qui pointe vers une forte contraction de l’activité des services. L’indice PMI a perdu plus de sept points dans les services, de 52,5 à 45,2, du jamais vu à l’exception de février 2020 en pleine crise de Covid. Face à un tel résultat, la bonne tenue de l’indicateur de la construction n’a pas beaucoup d’effet, l’indice de l’ensemble des activités non-manufacturière s’est, ainsi, contracté de près de six points, à 47,5, un repli, là encore, exceptionnel.

L’économie chinoise serait donc en zone de contraction -osera-t-on dire récession ?-avec un indice synthétique à 48,7 points. De quoi chahuter les préceptes présents sur les marchés depuis près d’un an d’une économie chinoise en pleine vigueur, justifiant notamment l’envolée des matières premières et, plus loin, un scénario d’inflation et de remontée des taux d’intérêt…

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Ça ne s’arrange pas en Chine, Xi Jinping nous l’avait bien dit…

Les indicateurs du mois de mai, publiés la nuit dernière confirment les difficultés croissantes rencontrées par l’économie chinoise et le caractère illusoire du diagnostic largement répandu d’une économie en récupération rapide depuis le début de l’année. Les indicateurs quels qu’ils soient ont, non seulement reflué, mais ressortent bien en-dessous des attentes, ce qui tend à confirmer qu’au-delà des effets de base porteurs de ce début d’année, la situation reste très compliquée.   Si la dernière vague d’épidémie de coronavirus explique sans doute une bonne part de ces déceptions, ces publications successives finissent par interroger. Envolée des prix des matières premières, débouchés rampants à l’exportation, fragilités du marché de l’emploi, appréciation du yuan entravent la bonne marche de la reprise chinoise. Le Président Xi-Jinping nous avait pourtant prévenus, la croissance 2021 ne ferait guère plus que ce que lui offraient les acquis exceptionnels du rebond de la fin de l’an dernier : soit 6 %… Finira-t-il par avoir raison ?

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Les effets de base s’érodent en Chine et font ressortir de médiocres sous-jacents…

Le rebond de l’économie chinoise de ce début d’année a été monté en épingle par de nombreux observateurs avec, souvent, des commentaires dithyrambiques sur des données économiques considérablement déformées par des effets de base liés à la crise du Covid de l’an dernier, auxquels se sont ajoutées les traditionnelles distorsions du nouvel an. Loin de se cantonner à la Chine, ces conclusions ont eu un effet d’entraînement sur les perspectives globales et, par ricochet, sur le marché des matières premières et les anticipations d’inflation.

Les livraisons mensuelles des principales statistiques du mois d’avril publiées cette semaine tranchent avec ce diagnostic. Outre le fait que les effets de base commencent à s’éroder, un certain nombre de signaux faibles ressortent des tendances récentes et pourraient dévoiler une réalité bien moins flatteuse que généralement suggéré, une fois les biais statistiques dépassés. Dans un contexte d’amélioration des perspectives consécutive à la levée des restrictions sanitaires aux Etats-Unis et en Europe et à l’attente des programmes de relance américains, les marchés n’ont pas fait grand cas de ces chiffres qui méritent, à notre avis, un peu d’attention…

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Preview PIB chinois : ne soyons pas dupes !

Le PIB chinois du premier trimestre sera publié demain, en même temps qu’un certain nombre d’indicateurs mensuels particulièrement suivis, et les estimations vont bon train : 18 %, voire 19 % pour la PIB annuel, des chiffres inédits qui peuvent donner le tournis, en l’occurrence sans aucune raison. Le PIB chinois a reculé de près de 10 % au premier trimestre 2020, avant de rebondir franchement ; les effets de base poussent donc mécaniquement la croissance calculée en glissement annuel sur des sommets.
– Ainsi, une croissance nulle au premier trimestre par rapport au précédent serait synonyme d’une progression de 17,5 % sur un an.
– Une progression trimestrielle de 0,5 %, l’une des plus faibles jamais enregistrées hors première vague de Covid, équivaudrait à une croissance de annuelle de 18 %.
– Dans ce contexte, le 19 % serait en l’occurrence un minimum juste décent, l’équivalent d’une progression trimestrielle d’environ 1,5 %, comparable à celle observée en moyenne en 2019…

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Les consommateurs chinois pas si impatients de rouvrir leur porte-monnaie

En Chine, les données du mois d’avril confirment une amélioration de l’activité industrielle, laquelle aurait retrouvé une évolution positive de 3,9 % par rapport à l’année dernière. Il faut espérer que ce soit à l’exportation que partira ce surplus d’activité, sinon ce sera dans les stocks, car sur le plan domestique, la demande n’est clairement pas au rendez-vous. Au-delà des dépenses d’infrastructures forcées par le gouvernement, les achats des ménages restent en berne ; en témoignent les ventes de détail et les indicateurs d’activité dans les services.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

PMI : à ce rythme, la Chine ne récupérera sa production d’avant crise qu’en décembre

Attention à ne pas mésinterpréter le rebond de l’indice PMI chinois au-dessus de 50 en mars. Que cette hausse illustre une amélioration de la situation par rapport à février est indéniable et ne constitue pas une nouvelle : mars a marqué un retour très progressif de l’activité par rapport au mois de février et il en sera ainsi dans tous les pays après le confinement. On commettrait néanmoins une grave erreur à imaginer qu’un PMI à 52 après 30 signifie un retour à la situation d’avant crise. En l’occurrence, à ce rythme-là, il faudrait potentiellement attendre le mois de décembre pour que la Chine retrouve son niveau de production de janvier….

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner