Bourgeonnements de printemps sur les marchés européens

La configuration boursière de la fin février nous avait mis sur la piste d’un vraisemblable rallye de printemps de l’Eurostoxx que nous envisagions alors en route pour les 3500 points (voir à ce sujet « Un air de printemps sur les bourses européennes »). À deux doigts de cet objectif, la confiance des marchés ne semble pas mollir en dépit d’un environnement fondamental jonché d’incertitudes, avec, ces derniers jours, une évidente tentation des cycliques les plus en retard à reprendre du poil de la bête. De fait, c’est bien de ces secteurs à la traîne qu’est tributaire l’évolution de l’Eurostoxx, à savoir en tout premier lieu : les bancaires, l’automobile et les ressources de base. A quelles conditions ces secteurs pourraient-ils se décrisper et ouvrir la voie à une plus large expansion des indices européens ?

Lire la suite…

Industrie française : merci le Brexit !

Encore une fois, la production industrielle française a agréablement surpris en février avec une progression +0,4 % dopée par un rebond de 1,1 % de l’activité du seul secteur manufacturier. Le résultat est assurément bienvenu dans un contexte européen déprimé face auquel les indicateurs du climat des affaires français stationnent en basses eaux depuis le début de l’année. Comment l’expliquer ? C’est de l’autre côté de la Manche que se trouvent en apparence les principales raisons de ces bonnes surprises. En effet, si la préparation à un hypothétique Brexit sanctionne les Allemands, elle semble, à l’inverse, constituer un sérieux soutien à l’industrie française depuis l’été dernier et plus encore ces tout derniers mois. C’est donc, vraisemblablement entre les mains des Anglais que se trouve la suite de l’histoire de l’industrie française.

Lire la suite…

BCE : « wait & see », aussi

Sans surprise par rapport à nos attentes (voir notre preview), la BCE s’est montrée très réservée sur les perspectives de croissance pour la zone euro mais n’a rien annoncé au terme de son comité de politique monétaire de ce mois-ci. Dans son communiqué la banque centrale, laisse seulement entendre qu’elle pourrait ajuster le tir en matière de perspective de taux directeurs et ajuster ses opérations de financement bancaires (TLTRO III) pour prendre en considération un éventuel impact négatif des taux négatifs sur les mécanismes de transmission de sa politique monétaire sur le crédit à l’économie.

Désaccords en sous-mains ou difficultés à échafauder un plan d’action ?

Cette absence de décision trouve sans doute ses origines dans deux principales raisons :

  • Une probable réticence d’un certain nombre des membres de board à aller plus loin dans l’assouplissement de conditions monétaires, après ce qui a déjà été annoncé le mois dernier, en particulier en matière d’agenda de la future hausse des taux d’intérêt.
  • Une réelle difficulté à échafauder un mécanisme de compensation des taux négatifs pour les banques, sans changer le niveau même des taux de dépôts, comme nous l’avions expliqué dans notre preview.

Le premier point peut évoluer en fonction des développements conjoncturels à venir. Il est peu vraisemblable en effet que la BCE puisse maintenir une perspective de hausse de ses taux directeurs, même à horizon du premier semestre 2020. Pour autant, elle a le temps pour annoncer cet éventuel changement qui risque, par ailleurs, de faire dévisser un peu plus le niveau des taux futurs, eux-mêmes sources de problèmes bancaires et donc d’efficacité réduite de sa politique.

Le second point est éminemment complexe, passant forcément par des solutions alambiquées que nous avons résumées dans notre document hier… sauf, à revenir sur un certain nombre de contraintes réglementaires qui, au-delà de l’impact des taux négatifs, ont largement pesé sur le secteur bancaire et, par là-même, sur le crédit. Le sujet ne semblait pas être au goût du jour jusqu’alors. C’est peut-être là que les lignes pourraient finir par bouger mai ce ne sera pas aisé compte-tenu des prises de positions récentes en la matière.

En attendant d’éventuelles annonces, la paralysie de la BCE a une nouvelle fois coupé court aux tentatives de redressement des taux d’intérêt, les taux allemands s’enfonçant davantage en territoire négatif et entrainant dans leur sillage les valeurs bancaires à la baisse. L’euro, pour sa part, profitait de l’absence d’annonce sur un éventuel assouplissement additionnel de la politique de la BCE pour regagner un peu de terrain, à 1,1275 USD et un indice composite CFD à plus de 94,10, un plus haut depuis l’été dernier…

 

Preview inflation US – Facture pétrolière, une digestion de plus en plus lourde

A plus de 70 dollars, les cours du pétrole menacent une nouvelle fois l’équilibre économique, à ceci près, qu’au contraire de ce qui s’est passé en 2017-2018, la remontée des cours du brut ne fait même plus vibrer le niveau des taux d’intérêt. De fait, ni marchés ni banquiers centraux ne semblent plus envisager que la hausse des prix de l’énergie puisse réveiller l’inflation. C’est en l’occurrence tout l’inverse que risquent d’illustrer les données américaines de cette semaine…

Lire la suite…

La BCE et les banques : à l’impossible, nul n’est tenu

Avec la nette dégradation de l’environnement économique européen, la question d’une hausse de taux ne devrait pas être mise sur la table, si ce n’est, peut-être, pour annoncer un énième report. En revanche, le problème des taux négatifs, qui pèsent sur l’activité bancaire, se fait de plus en plus pressant et c’est sur ce plan que les annonces de la BCE sont attendues demain. Difficile, toutefois, de trouver des réponses convaincantes.

Lire la suite…

Enigmes de l’industrie allemande

La production industrielle allemande a rebondi 0,7% en février : une surprise assurément bienvenue après les données calamiteuses sur les commandes. L’Allemagne ayant cette particularité d’inclure la construction dans les chiffres de production industrielle, la réalité manufacturière est quelque peu différente, avec une contraction de la production manufacturière de 0,2 % en février. Il n’en reste pas moins que le grand écart entre les données des commandes et celles de la production brouille les pistes. Qu’en penser ?

Lire la suite…

Encore un peu de travail avant de revoir de l’inflation salariale aux Etats-Unis…

Le rapport sur l’emploi américain du mois de mars risque de ne pas suffire à lever les incertitudes sur les développements conjoncturels aux États-Unis. Légèrement supérieures aux attentes pour ce qui concerne le seul mois de mars, les 196 000 créations de postes annoncées ne compensent pas le manque à gagner du mois précédent qui, même révisé, reste très faible, à 33 K. Entre février et mars, l’emploi américain a ainsi progressé de 114,5 K par mois en moyenne, son plus faible niveau depuis septembre 2017 (post ouragans). Si le bon chiffre de janvier permet encore de sauver la mise trimestrielle, ce résultat a tout lieu de semer le doute sur la vigueur de l’économie américaine. Autre source de déception, la croissance des salaires piétine et se replie à 3,2 % l’an en mars, après avoir plafonné à 3,5 % ces derniers mois. Ce constat n’est guère satisfaisant pour une banque centrale dont l’objectif premier est aujourd’hui de restaurer des sous-jacents d’inflation plus solides. Il pourrait y avoir là de quoi préparer le terrain à un affaissement supplémentaire de la courbe des taux…

Lire la suite…

Nouvelle claque pour les industriels allemands

L’industrie allemande a décidément du mouron à se faire avec la nouvelle déconvenue enregistrée ce matin : une chute de 4,2 % de ses commandes entre les mois de janvier et février. Malgré les alertes en provenance d’un certain nombre d’enquêtes, les PMI manufacturiers notamment, le chiffre est une douche froide. Après déjà deux trimestres consécutifs de contraction, l’industrie allemande est définitivement face à une sévère récession. Question : jusqu’où les services pourront-ils compenser ce manque à gagner ?

Lire la suite…