Les tribulations des marchés après les banques centrales et le rapport sur l’emploi américain

Malgré l’appel d’air créé par les anticipations de baisses des taux directeurs, quand bien même un peu plus tard qu’escompté, tout ne tourne pas très rond sur les marchés occidentaux ces derniers jours. Les réactions disproportionnées des cours boursiers à des surprises, bonnes ou mauvaises, d’une importance sans commune mesure avec ce qu’elles provoquent, a quelque chose d’éminemment dérangeant. La valse des étiquettes est féroce pour celui qui voudrait profiter d’un alignement supposé des planètes pour instiller un peu plus de risques à sa stratégie d’investissement. Elle l’est d’autant plus quand la chute de 50 % de l’action d’une banque régionale américaine fait figure de principal remède à l’indigestion provoquée par l’éloignement de la perspective d’une baisse des Fed Funds en mars après le FOMC de mercredi, ou, quand, parmi les actifs les plus réactifs aux propos de J. Powell se trouvent plus de métaux précieux que d’industriels et que les indices chinois sont à deux doigts d’enfoncer de nouveaux planchers.
Trouver des points d’ancrage stratégiques devient, décidément, bien difficile, même pour les plus convaincus par l’opportunité que représente l’approche d’un pivot de la politique monétaire. Cerise sur le gâteau, la publication de données sur l’emploi américain bien meilleures qu’escompté vient non seulement verrouiller la porte à une baisse des Fed Funds en mars mais fragiliser, de surcroît, l’hypothèse d’un possible report du pivot au mois de mai. Dès lors, même la position par défaut du spectateur embarqué dans des marchés, en apparence résolument haussiers, pourrait se révéler bien plus instable qu’imaginé.

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre

Le rapport sur l’emploi claque la porte à une baisse des Fed Funds en mars

Post allocution de J. Powell de mercredi, une conclusion faisait au moins l’unanimité : le rapport sur l’emploi de ce vendredi serait décisif sur ce que ferait la Fed en mars. Ce dernier est tombé et la conclusion est sans pitié : il ferme bel et bien la porte que J. Powell avait laissée entrebaillée à une éventuelle baisse des taux à l’occasion du prochain FOMC. La douche risque d’être froide pour des marchés, qui avaient fini par s’autoconvaincre que la partie n’était pas totalement perdue. Rien de ce rapport ne va dans le sens d’une détente imminente des taux directeurs, en effet, que ce soit en mars ou en mai. Surtout si l’on y ajoute les derniers retours en provenance des ISM, hier, ou, encore ceux de la productivité. Heureusement, il reste la crise des banques régionales et les inquiétudes relatives au secteur de l’immobilier professionnel ! Une maigre consolation, avouons-le et une branche de plus en plus fragile pour maintenir les marchés à flot…

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre

Jusqu’où ira le rétropédalage de J. Powell ?

L’’incompréhension suite au dernier FOMC incite à la prudence (voir « Les étrennes avant l’heure de J. Powell : Noël au balcon, Pâques au tison? »). J. Powell pourrait-il ne modifier qu’à la marge son discours et se contenter d’attendre la mise à jour du scénario trimestriel de la FED dans six semaines pour être plus précis ? L’hypothèse est fragile. La probabilité implicite d’une baisse des Fed Funds à l’occasion du prochain FOMC avoisine encore 50 % (46 % exactement) sur les marchés à terme, J. Powell devrait donc avoir à cœur de faire évoluer davatage ces anticipations et d’apparaître, de ce fait, plus restrictif et plus soucieux de prendre son temps qu’en décembre. Sa tâche ne devrait pas être compliquée, a priori : la croissance du PIB a de nouveau surpris positivement, le taux de chômage ne remonte que très graduellement et les marchés financiers ne renvoient pas l’image d’un stress particulier. Parviendra-t-il, néanmoins, à rectifier le tir sans mettre en péril les dotplots du mois de décembre et risquer de verser du côté hawkish ? L’exercice n’est pas gagné.

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre

Lentement mais surement, la déflation chinoise passe les frontières de l’Empire du Milieu

Quand les anecdotes se multiplient, sans doute, faut-il commencer à y porter plus d’attention. En l’occurrence, trois faits nous ont interpellés ces dernières 24 heures.

  • Le FT de ce matin qui titrait, en substance : l’indice Nikkei réagit négativement aux déceptions sur l’inflation japonaise. Non pas que cette dernière se soit envolée mais, tout l’inverse, aurait déçu par sa faiblesse…
  • Le fait que cette nouvelle succède à la chute de l’action Tesla, en réaction, certes, à ses résultats décevants mais, semble-t-il plus encore, aux propos d’E. Musk sur l’influence négative de la montée en puissance des constructeurs chinois sur les perspectives du secteur, contraint de baisser ses prix…
  • Enfin, l’évolution des propos de Mme Lagarde sur la fin des boucliers tarifaires, subrepticement devenue source de fragilité des perspectives conjoncturelles, plutôt que risque de sursaut inflationniste.

Sans doute ces éléments seraient-ils ignorés si le diagnostic de la déflation chinoise n’avait pas été révélé de manière aussi flagrante à l’occasion de la publication des comptes nationaux de l’Empire du Milieu la semaine dernière. Mais quand ce qui reste l’atelier du monde subit une baisse annuelle de 1,5 % du déflateur de son PIB, la question de son influence sur l’inflation mondiale peut difficilement être évitée, surtout lorsque son industrie se taille la part du lion dans un secteur aussi emblématique que celui de l’automobile.

Alors que les regards restent très largement figés sur les risques d’inflation, de nombreux indicateurs montrent ces derniers temps, une montée des pressions déflationnistes. Sans remettre en question le caractère structurellement plus inflationniste des problématiques d’insuffisance ou d’accès à la ressource, ces éléments sont néanmoins susceptibles de changer la donne de court terme. S’ils facilitent le reflux des taux d’intérêt et soutiennent par là-même la confiance des investisseurs dans les actions, ils ajoutent simultanément aux pressions sur les marges des secteurs industriels les plus exposés et révèlent une réalité toujours très complexe de l’environnement mondial dans lequel rien ne semble acquis. Si la déflation chinoise est éminemment nocive aux perspectives domestiques de l’Empire du Milieu, elle pourrait avoir des avantages certains pour bon nombre de ses industries les plus stratégiques. De quoi alimenter le terreau d’une prochaine guerre commerciale ?

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre

Message colombe de BCE et déflateur du PIB américain font refluer les taux

Les marchés n’ont pas attendu la conférence de presse de Mme Lagarde pour prendre ce qu’ils attendaient de la communication de la BCE, en l’occurrence, une nette inflexion du ton du communiqué relativement au mois de décembre, lequel, s’il ne mentionne pas de futures baisses des taux, est suffisamment clair pour convaincre : la BCE est confortée dans ses perspectives de repli de l’inflation, elle constate l’efficacité de sa politique sur la demande et le bon relai des hausses de taux dans les conditions de financement. Bien que, toujours, « data dependant », le message de Mme Lagarde est sans ambiguité, la présidente de la BCE nuançant, au passage, les propos de son chef économiste de la semaine dernière en rappelant, que si les salaires étaient suivis de près, ils n’étaient qu’un indicateur parmi de nombreux autres que la BCE surveille et, qu’en l’occurrence, la plupart de ceux-ci, y compris ces derniers, allaient dans le sens d’une modération de l’inflation.
Dont acte. Si mentionner une baisse de taux est encore interdit à Mme Lagarde, tout est dans son discours pour envisager que la BCE prépare le terrain en ce sens, y compris ses commentaires sur les perspectives très timorées de croissance, dont notamment le durcissement des politiques budgétaires. A peine le communiqué publié, les taux à deux ans décrochaient, avant de poursuivre leur tendance au repli tout au long de la conférence.

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre

La BCE devrait confirmer la baisse de taux à venir, toute la question est quand

L’essentiel a déjà été formulé par Mme Lagarde la semaine dernière : la BCE devrait abaisser le niveau de ses taux directeurs cette année. Un pas a donc, déjà, été franchi par rapport à sa posture du mois de décembre lorsqu’elle refusait d’aborder la question, laquelle n’avait, selon ses dires, même pas été évoquée lors du dernier Conseil de politique monétaire. Reste la délicate question du timing de cet assouplissement et la manière dont elle sera adressée. La position du chef économiste de l’institution, Philip Lane, est apparue rigide la semaine dernière, ce dernier arguant du fait que la BCE ne pourrait agir qu’après avoir connaissance des données attendues au mois de juin, en l’occurrence celles des salaires. Voilà qui semble bien éloigné, au vu des attentes des marchés et, plus encore, de la médiocrité de la conjoncture ambiante, en particulier en Allemagne où crise industrielle, crise immobilière et crise politique forment un cocktail de plus en plus préoccupant. Mme Lagarde s’est montrée moins précise, mais pas forcément plus ouverte à une action plus précoce. Campera-t-elle sur cette position jeudi ou le conseil des gouverneurs lui offrira-t-il l’option d’apparaître un brin plus flexible ? C’est toute la question et ce qui pourrait faire toute la différence pour les anticipations des marchés

Lire la suite…

L’immobilier, pierre angulaire des perspectives 2024 et principale source d’incertitude

Reprise, agonie, chute : les perspectives du marché immobilier occupent une place de premier rang dans l’élaboration des scénarios économiques et financiers pour l’année 2024. De celles-ci dépendent, pour une très large part, les prévisions de croissance, d’inflation et d’emploi, sans parler des problématiques de richesse et de risques financiers. Le graphique ci-dessous illustre, entre autres, ce que pourraient donner différents scénarios immobiliers en termes d’inflation sous-jacente américaine cette année et, de facto, en matière de perspectives de taux d’intérêt.

La question est loin d’être seulement américaine et concerne la plupart des économies développées, bien qu’avec des caractéristiques spécifiques, parfois très différentes d’un pays à l’autre. Malgré des pénuries d’offre quasi-généralisées, la hausse des loyers est, par exemple, loin d’avoir été aussi élevée qu’aux Etats-Unis dans le reste du monde développé. L’impact du secteur sur l’inflation est donc loin d’être uniforme et le rendement escompté d’un investissement immobilier est également très fluctuant. Par ailleurs, les baisses de prix immobiliers ont parfois été beaucoup plus brutales, avec un impact sur l’activité de la construction plus marqué et des effets richesse potentiellement plus importants.

Au total, envisager les perspectives immobilières à travers le seul spectre de l’évolution des taux d’intérêt, comme l’incite aujourd’hui la perspective d’un apaisement des tensions sur les conditions de financement, paraît assez réducteur. Alors, quels diagnostics dresser ? Les cas de figure sont assez différents d’un pays à l’autre.

Lire la suite…

Aux Etats-Unis, la consommation tient, c’est à peu près tout…

Voilà, en substance, le contenu du Beige Book de ce mois-ci, selon lequel l’activité serait restée inchangée ou en évolution modeste dans une majorité des 12 districts sous revue. Malgré un léger mieux sur le front des dépenses de consommation saisonnières, dans les loisirs essentiellement, le marché de l’emploi est décrit comme stagnant ou en faible progression, l’activité manufacturière en repli, tandis que les taux d’intérêt élevés limitent les ventes d’automobiles et immobilières. La situation est, au total, assez fidèle à ce qu’ont révélé, plus tôt dans la journée de mercredi, les ventes de détail et de production industrielle du mois de décembre. Si les premières tiennent, un peu par miracle et, surtout, grace au crédit, ce n’est en aucun cas suffisant pour réveiller une industrie stagnante qui, sur l’ensemble de l’année 2023, n’a pas progressé de plus de 0,2 %.

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre