Un Noël en or

À défaut d’avoir autorisé un rallye des marchés, l’action du président de la Fed a, au moins, réussi une prouesse : rallumer les feux des cours de l’or ! Certes, les banques centrales n’ont pas pour mission de soutenir les marchés d’actions et, l’économie américaine étant aussi bien portante, il n’y a fondamentalement aucune raison de ne pas poursuivre l’exercice de normalisation monétaire. Mais nous savons à quel point les phénomènes de correction de marché sont difficiles à appréhender et à quel point toute erreur de diagnostic peut entrainer un risque disproportionné dans un contexte de survalorisation fondamentale des actifs et de haut degré de financiarisation de nos économies.

 
 Vous connecter pour lire la suite…

Corner obligataire

Entre la hausse des taux et aplatissement de la courbe des taux, l’issue est étroite

La remontée des taux longs américains a été la principale cause des tumultes financiers de ces deux derniers mois. On aurait pu penser que leur repli soit, à l’inverse, un soulagement. Tel n’est guère le cas. Car, faute de correction proportionnelle des taux d’intérêt de plus courte échéance, leur reflux a provoqué un nouvel aplatissement des courbes de rendements auquel les bourses américaines ont violemment répondu dans la journée d’hier.

Pour sortir de ce guêpier, trois conditions seraient requises : 1/Un changement de cap radical de la politique monétaire de la FED ; 2/Une stabilisation des anticipations d’inflation afin de prévenir une baisse trop rapide des taux longs ; 3/Une stabilisation des perspectives de croissance mondiale sans laquelle les anticipations d’inflation continueront vraisemblablement à être revues à la baisse, même dans le cas américain. L’ensemble, reconnaissons-le, ne correspond guère à un scénario « naturel ».

 
 Vous connecter pour lire la suite…

L’écrasement des cours du pétrole, un appel d’air pour les cycliques

Le vent a fini par tourner sur le marché pétrolier et l’on ne peut que s’en réjouir pour la conjoncture mondiale.

Artificiellement soutenue par les erreurs de diagnostics récurrentes sur les perspectives d’offre et de demande, sur fond de crispations géopolitiques et de spéculation acharnée, l’envolée des cours a eu des conséquences très négatives sur la croissance économique mondiale ces derniers trimestres, au point que, supposée être source de reflation, elle s’était, à l’inverse, transformée en un ferment déflationniste dans de nombreux pays, européens notamment.

 
 Vous connecter pour lire la suite…

L’or, un potentiel de hausse encore incertain mais une protection sans égale dans la situation présente

Malgré sa piètre performance récente, l’or semble bien en passe de retrouver sa qualité de valeur refuge face à l’accélération de la correction de la plupart des autres actifs financiers. Il est, certes, encore tôt pour envisager que le métal précieux s’apprécie au-delà de 1 340 $ (contre 1 230 $ aujourd’hui), compte-tenu, notamment, de l’incertitude persistante au sujet de l’évolution des taux d’intérêt réels américains et des effets pénalisants du repli des métaux industriels et des marchés émergents sur le ses cours. La fragilité du Nasdaq et l’aversion concomitante pour le risque, devraient toutefois suffire à porter l’or vers cet objectif avant, le cas échéant, d’envisager qu’il remonte bien au-delà.

 
 Vous connecter pour lire la suite…

À la question, quelle hausse des taux d’intérêt les bourses mondiales peuvent elles supporter, les marchés ont répondu…

Il s’agissait de la question centrale posée à tout économiste et responsable de politique monétaire ces dernières semaines face à la multiplication des signes d’emballement de la croissance américaine et au diagnostic d’un incontournable changement de cap monétaire censé s’ensuivre : quel degré de remontée des taux d’intérêt les marchés boursiers pourraient-ils absorber après dix années sous perfusion d’hyper liquidités et de taux d’intérêt mondiaux historiquement bas ? La réponse semble avoir été donnée ces derniers jours et confirme ce que l’on pouvait soupçonner : la marge de hausse des taux d’intérêt acceptable par les bourses mondiales est… proche de zéro.  
 Vous connecter pour lire la suite…

Scénario trimestriel – D. Trump reflate l’économie américaine, pas le reste du monde

Principale conclusion de la mise à jour de notre scénario macro-économique et financier ce trimestre : dans la balance des risques relatifs à l’évolution des taux d’intérêt américains, les éléments haussiers l’emportent dorénavant clairement. Les raisons de ce changement ; l’économie américaine s’emballe sous le double jeu de l’impulsion donnée par les dépenses publiques et le retour des effets richesse. S’ils venaient à perdurer, ces développements signifieraient un changement de régime conjoncturel allant de pair avec une remontée significative des perspectives de croissance et de taux d’intérêt, en nette rupture avec le contexte de ces dernières années.

 
 Vous connecter pour lire la suite…