Enigmes de l’industrie allemande

La production industrielle allemande a rebondi 0,7% en février : une surprise assurément bienvenue après les données calamiteuses sur les commandes. L’Allemagne ayant cette particularité d’inclure la construction dans les chiffres de production industrielle, la réalité manufacturière est quelque peu différente, avec une contraction de la production manufacturière de 0,2 % en février. Il n’en reste pas moins que le grand écart entre les données des commandes et celles de la production brouille les pistes. Qu’en penser ?

Lire la suite…

Nouvelle claque pour les industriels allemands

L’industrie allemande a décidément du mouron à se faire avec la nouvelle déconvenue enregistrée ce matin : une chute de 4,2 % de ses commandes entre les mois de janvier et février. Malgré les alertes en provenance d’un certain nombre d’enquêtes, les PMI manufacturiers notamment, le chiffre est une douche froide. Après déjà deux trimestres consécutifs de contraction, l’industrie allemande est définitivement face à une sévère récession. Question : jusqu’où les services pourront-ils compenser ce manque à gagner ?

Lire la suite…

Consommation France-Allemagne : du mieux, à confirmer

Hors énergie, la consommation des ménages français s’est redressée pour le deuxième mois consécutif en février, à un rythme toutefois, bien modéré. Il faudra davantage pour persuader d’une solide reprise sur ce front. Les retours en provenance d’Allemagne sont plus convaincants, à mettre au regard, toutefois, d’une faiblesse persistante des ventes automobiles.

Lire la suite…

L’industrie allemande tire l’ensemble de la zone euro vers le bas

Les enquêtes de la Commission européenne du mois de mars accusent une nouvelle dégradation du climat des affaires dans l’industrie européenne (-1,7 après -0,4), affectant à son tour l’indicateur global. La dégradation persistante des perspectives du secteur automobile allemand explique une bonne part de ces résultats. La stabilisation du climat des affaires dans les services est, par ailleurs, fragile, au même titre que la confiance des ménages.

Lire la suite…

IFO, PMI, ZEW, lequel de ces indicateurs dit vrai sur la conjoncture allemande ?

L’enquête IFO du climat des affaires en Allemagne console, après les chiffres désastreux de vendredi dernier en provenance des PMI. Selon l’institut allemand, perspectives et opinion sur la situation présente se seraient améliorées en mars pour la première fois en sept mois. L’indicateur de changement de régime conjoncturel, qui avait flirté avec ses plus bas ces derniers mois, s’est d’ailleurs nettement redressé pour revenir en zone de neutralité. Il n’en reste pas moins que les retours de l’IFO concernant l’industrie manufacturière sont au moins aussi mauvais que ceux du PMI manufacturier…

PMI Flash UEM : espoirs balayés

Les retours désordonnés en provenance de la conjoncture européenne -PMI, production industrielle- des mois de janvier/février pouvaient laisser espérer une stabilisation, voire une amélioration de la situation des économies européennes -notamment française- en ce début d’année 2019 : les PMI préliminaires du mois de mars balayent d’un revers de manche ces espoirs.

Lire la suite

Allemagne : Le ZEW sort de la zone de risque en mars

La baisse de l’indicateur ZEW composite amorcée au début de l’année 2018 marque le pas grâce à un net rebond de sa composante perspectives, de -13,4 à -3,6, et malgré un nouveau repli du solde d’opinion sur les conditions courantes. En hausse de 0,8 en février à 3,8 en mars, l’indice sort de sa zone de risque et pourrait préfigurer un environnement plus porteur pour le DAX à brève échéance.

Lire la suite…

PMI – Sérieux warning pour la France, apaisement des craintes pour l’Allemagne

Les premières livraisons des PMI du mois de janvier confirment la détérioration persistante de la situation dans l’industrie manufacturière avec un indice allemand en repli de 51,5 en décembre à 49,9, dans la lignée des informations plus tôt ce matin en provenance du Japon où l’indice est ressorti en repli de 52,6 à 50. En France, paradoxalement, l’indicateur PMI regagne du terrain, à 51,2 points après 49,7 en décembre, ce qui permet de contenir le repli de l’indice préliminaire pour l’ensemble de la zone euro à 50,5. Mais les nouvelles en provenance des services français jettent un froid. Contrairement aux résultats des enquêtes INSEE publiées hier, la confiance dans les activités de services se serait de nouveau dégradée en janvier avec une chute de l’indice de Markit à son plus bas niveau depuis février 2014, à 47,5 points, synonyme de risque significatif de contraction du PIB compte-tenu de l’importance des services dans l’activité.

Lire la suite…