Quand l’effondrement de la chimie prend le pas sur l’automobile en Allemagne

Les économistes ont pour habitude de focaliser leur analyse sur l’automobile, secteur souvent le plus important et le plus influent de l’activité industrielle, particulièrement en Allemagne. Ce dernier s’est comporté à peu près comme attendu en décembre et a poursuivi son rattrapage, avec une progression mensuelle de presque 8 % de la production, conforme à l’évolution de la demande de la fin de l’année. C’est d’ailleurs, néanmoins, que sont venues les difficultés les plus importantes de l’industrie allemande à l’origine d’une chute de 3,1 % de la production industrielle et de 2,1 % de sa seule composante manufacturière au mois de décembre, en l’occurrence de la chimie dont la production s’est contractée de plus de 11 % sur ce seul mois. Le constat n’est pas nouveau. Le secteur a décroché avec les débuts de la guerre en Ukraine et l’envolée des prix des composants dont il est hautement tributaire, malgré la contribution toujours très positive de la pharmacie à l’ensemble du secteur. Avec un peu plus de 5 % du total de la production du pays (près de 6 % de l’industrie manufacturière), la chimie se situe, également, en amont de nombreux secteurs industriels, auxquels ses difficultés se diffusent. Un nouveau coup dur, après le Covid et les difficultés d’approvisionnement, qui ont largement plombé l’industrie allemande depuis trois ans.

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre

La chute de la consommation sauve le PIB en France mais plombe les perspectives

Dans la foulée de l’Espagne et de la Belgique, l’économie française a préservé un peu de croissance de son PIB en fin d’année 2022. Difficile, en effet, d’espérer mieux qu’une hausse de 0,1 % dans le contexte actuel, alors que le voisin allemand a vu son PIB reculer de 0,2 %. En moyenne, en 2022, la croissance de l’économie française ressort à 2,6 %, seulement trois dixièmes de plus que l’acquis dont elle disposait à la fin 2021.

Le satisfécit ne va guère au-delà. De fait, si le PIB français se maintient à niveau, c’est principalement grâce à la chute des importations de biens et services, reflet de la déprime de la demande intérieure, que confirme la contraction de 0,9 % de la consommation des ménages au dernier trimestre. L’inflation continue donc de mordre sur les dépenses des Français et sa hausse persistante en janvier n’est, assurément, pas une bonne nouvelle, dans un contexte social, par ailleurs, fragilisé par les réformes.

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre

Les climats des affaires en zone euro ne rebaissent pas, c’est la seule satisfaction

Toujours pas de dégradation des enquêtes conjoncturelles suffisante pour mettre en exergue une récession sur le vieux continent. Au contraire, soit les indicateurs stagnent, comme en France, soit ils s’améliorent encore légèrement, comme en Allemagne, où le PMI composite retrouve en janvier son point le plus haut depuis juin 2022. Pour la zone euro, ce même indice revient même en zone d’expansion, à 50,2, pour la première fois depuis la fin du premier semestre 2022.

C’est là le seul aspect quelque peu rassurant de ces enquêtes, au moment d’aborder une année pleine d’inconnues. En effet, la situation internationale reste tendue et l’apaisement n’est que partiel sur le front des prix. La politique monétaire, de son côté, refroidit, effectivement, l’activité. Notre scénario d’une croissance languissante, progressivement de plus en plus faible au second semestre n’est pas contredit par les données du jour, au contraire.

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre

La capacité de rattrapage de l’industrie allemande est entamée

La production industrielle allemande a augmenté de 0,2 % en novembre et de 0,5 % pour sa composante manufacturière ; un frémissement qui n’a pas permis de compenser les pertes d’octobre, de respectivement 0,4 % et 0,7 %. Au cours des douze derniers mois la production n’aura finalement augmenté que de 0,4 %, laissant un retard de plus de 4 % par rapport au début 2020. Porté pendant une longue période par le haut niveau des commandes, l’espoir d’un rebond de l’activité manufacturière s’est amenuisé au fur et à mesure du tassement de ces dernières qui, après les mauvais chiffres de novembre, ne suggèrent plus aucun potentiel de rattrapage de l’activité.

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre

La zone euro est bien loin de la reprise escomptée

Après la douche froide des commandes allemandes de ce matin, les indicateurs en provenance de la zone euro publiés depuis ne rassurent pas. L’inflation se replie, dont acte, grâce exclusivement au reflux des prix énergétiques. Les ventes de détail se reprennent mais sont loin de compenser les pertes d’octobre. Enfin, les enquêtes de la Commission, un peu moins mauvaises, ne laissent entrevoir que bien peu de signes de satisfaction.

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre

L’inflation baisse mais les ménages français ne perçoivent pas encore son pic…

L’inflation française a reculé de 0,3 points en décembre pour terminer l’année à 5,9% après 6,3 % en novembre. En moyenne en 2022, la hausse des prix à la consommation aura finalement atteint 5,2 %, un record depuis 1985. La baisse de 3,6 % des prix de l’énergie en décembre permet néanmoins de terminer l’année sur une note réconfortante, laquelle entretient l’espoir que le pic d’inflation soit dépassé. C’est probable, compte-tenu de l’importance des effets de base énergétiques sur les perspectives 2023, même si dans le cas français subsiste un aléas de court terme lié à l’impact de la fin du bouclier tarifaire sur l’inflation des mois de janvier/février.

Le pic d’inflation, dépassé, ne résoudra cependant pas tous les problèmes. Les hausses de prix se cumulent et même ralentie, l’inflation à venir s’ajoutera à celle déjà comptabilisée. Les ménages français ne voient pas à ce stade d’amélioration et leur perspectives d’achat restent particulièrement déprimées.

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre

L’inflation allemande termine l’année 2022 sur une meilleure note

L’inflation allemande a terminé l’année 2022 à 8,6 %, après 10 % en novembre et un plus haut de 10,4 % en octobre. En moyenne l’économie allemande aura enregistré une hausse de ses prix à la consommation de 7,9 % sur l’ensemble de l’année 2022, un record depuis 1949. Les mesures gouvernementales ont néanmoins permis de clore l’année sur des résultats moins anxiogènes que jusqu’alors. Le bouclier tarifaire explique, en effet, la quasi-intégralité du reflux du mois de décembre et devrait continuer à porter ses fruits dans les mois à venir sur la partie énergétique de l’indice. Les perspectives de forte décrue de l’inflation au premier semestre 2023 s’en trouvent renforcées. Reste la partie sous-jacente de l’inflation qui semble ne pas avoir beaucoup évolué en décembre, voire s’être légèrement tendue, au-delà de 5 % et prendra, selon toute vraisemblance, plus de temps à refluer.

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre

Après les PMI, la remontée de l’IFO redonne des marges de manœuvre à la BCE

L’indice IFO de décembre se situe dans la lignée des PMI, avec une deuxième hausse en deux mois, de 2 points à 88,6 pour l’indicateur synthétique. Mieux encore, cette progression, principalement permise par les perspectives, est également portée par une remontée de sa composante sur les conditions courantes, pour la première fois depuis mai, de 93,2 à 94,4. Le même schéma se retrouve dans les services, le commerce et l’industrie manufacturière mais pas dans la construction. L’opinion sur la situation actuelle, bien qu’inférieure à sa moyenne de long terme, reste au total très supérieure aux creux constatés lors des derniers épisodes de récession ; une bonne nouvelle, donc, pour l’économie allemande qui jure avec le sentiment en présence malgré le coût particulièrement élevé pour les finances publiques du pays.

You need to be logged in to view the rest of the content. Veuillez . Not a Member? Nous Rejoindre