Industrie française, attention surprises !

Avec une progression de 2,1 %, la production industrielle française du mois de mai a encore très agréablement surpris. Ce résultat est avant tout celui d’une très bonne performance inattendue de l’industrie manufacturière, en progression de 1,6 % en mai. Contrairement à l’habitude ce n’est pas de l’automobile que proviennent ces surprises mais de domaines traditionnellement beaucoup moins influents de la vie industrielle française : pharmacie, chimie, autres équipements de transport, qui incitent a priori à minimiser la portée de ces bons chiffres. D’aubaines en aubaines, la situation de l’industrie finit pourtant par prendre une tournure définitivement plus encourageante.

Lire la suite…

France-Allemagne, la production industrielle dans un mouchoir de poche

Les données publiées ce matin sur la production industrielle du mois d’octobre en France et en Allemagne semblent, en première lecture, contrastées, avec un rebond de 1,2 % de l’indice français contre un repli de 0,5 %de l’allemand. On aurait tort d’en tirer des conclusions hâtives. Non seulement, les évolutions respectives de l’activité industrielle entre la France et l’Allemagne évoluent très peu ces cinq dernières années mais la bonne nouvelle du rebond français est largement nuancée par la chute du mois de septembre. L’ensemble suggère, au mieux, une très faible croissance pour le quatrième trimestre dans chacune de ces deux économies.

Lire la suite…

Production industrielle américaine versus ISM ; deux mondes

Une nouvelle fois, les données de production manufacturière américaine déçoivent. En hausse de 0,2 % août, il est vrai que le chiffre est bien éloigné des espoirs suscités par les résultats des dernières enquêtes auprès des industriels, notamment l’ISM manufacturier, récemment publié à un niveau record depuis mai 2004, de 61,3 points.

Lire la suite…

Le ralentissement « temporaire » prend racine en Allemagne… La France suit. La tâche se complique pour la BCE

Après la nouvelle chute des commandes à l’industrie publiée hier, la quatrième mensuelle, les données de production de ce matin sont, sans surprise, mauvaises, dressant une image des tendances de l’activité assez difficilement réconciliable avec les prévisions de consensus et les commentaires récents des responsables de politique monétaire, en particulier son économiste en chef Peter Praet.

Lire la suite…

Pays émergents : du statut doré d’il y a peu à celui de « junk », ou, le spectre d’une réplique de la crise des subprimes

À en juger par la déferlante d’analyses subitement anxiogènes de ces derniers jours, le diagnostic semble faire l’unanimité : les marchés émergents sont en crise et ce n’est pas fini. Alors que nombreux investisseurs vantaient encore début avril l’attractivité des placements dans des « pays dotés d’une croissance économique et de taux d’intérêt structurellement plus élevés que les économies développées », l’escalade à la hausse des taux d’intérêt américains et du dollar s’est transformée en quelques semaines en une crise de défiance à laquelle n’échappe, de près ou de loin, aucune des nations émergentes aujourd’hui. Lire la suite…

Au Japon, le PIB se replie de 0,2 % au premier trimestre après une progression de seulement 0,1 % en fin d’année dernière

L’économie japonaise a été parmi les plus impactées par le ralentissement de la conjoncture mondiale du début d’année, subissant simultanément les conséquences négatives de la hausse du yen et du tassement de la demande internationale et le contrecoup négatif de la hausse des prix alimentaires sur le plan domestique.

Lire la suite…

À 0,25 %, la croissance rabougrie du PIB français du premier trimestre remet en jeu les perspectives 2018

Ce n’est une surprise pour personne, la croissance du premier trimestre a décroché. Si l’arrondi sauve l’honneur, avec une première estimation à 0,3 %, c’est de justesse ; une bien maigre consolation toutefois à en juger par les détails de cette première publication qui, malgré le tassement de la demande domestique, n’offre même pas le réconfort d’une contribution positive des échanges extérieurs.

Lire la suite…

La production manufacturière se replie de 2 % en zone euro

Sans surprise compte-tenu de ce que l’on savait déjà des résultats français et allemands, l’activité industrielle s’est de nouveau nettement contractée en février avec un repli de 0,8 % pour l’ensemble de la production hors construction, le troisième consécutif. Les conditions climatiques ayant dopé la production d’énergie, les résultats pour le seul secteur manufacturier sont plus mauvais encore, en baisse de 2 % en février.

Lire la suite…