Energie et services font dévisser l’inflation en zone euro en mars

La question des conséquences sur les prix de la crise du coronavirus est loin d’être tranchée : effets d’offre, inflationnistes, ou de demande, déflationnistes ? En mars, du moins, ces derniers semblent l’emporter, avec la chute, attendue, des prix de l’énergie dans la foulée de ceux du pétrole mais aussi une nette décélération de l’inflation dans les services. La hausse des prix alimentaires accélère quelque peu sans toutefois signaler un quelconque dérapage. Au total, l’inflation se replie d’un demi-point en mars, une tendance vraisemblablement amenée à se poursuivre notamment sous le coup des pressions à la baisse sur les prix des services.

Lire la suite…

PMI : à ce rythme, la Chine ne récupérera sa production d’avant crise qu’en décembre

Attention à ne pas mésinterpréter le rebond de l’indice PMI chinois au-dessus de 50 en mars. Que cette hausse illustre une amélioration de la situation par rapport à février est indéniable et ne constitue pas une nouvelle : mars a marqué un retour très progressif de l’activité par rapport au mois de février et il en sera ainsi dans tous les pays après le confinement. On commettrait néanmoins une grave erreur à imaginer qu’un PMI à 52 après 30 signifie un retour à la situation d’avant crise. En l’occurrence, à ce rythme-là, il faudrait potentiellement attendre le mois de décembre pour que la Chine retrouve son niveau de production de janvier….

Lire la suite…

L’hypothèse inflationniste

L’onde de choc économique et financière provoquée par la propagation de l’épidémie de coronavirus à travers le monde a jusqu’à présent suscité peu de doutes sur les marchés financiers : cette crise serait éminemment déflationniste, en témoigne l’écrasement des anticipations implicites d’inflation depuis que le cap des cent morts a été franchi en Italie le 5 mars, moment à partir duquel s’accélère également l’effondrement des cours du pétrole. Pertes inédites d’activité et d’emplois, dépression économique, crise financière sur fond de chute des prix des matières premières, conduisent, en effet, les uns et les autres à privilégier une telle issue ; en quelque sorte, dans le prolongement de la situation qui prévalait depuis 2015 à l’échelle mondiale.

La tournure récente prise par la crise sanitaire amène, pourtant, à s’interroger sur ce postulat, comme l’incite également le redressement des anticipations d’inflation sur les marchés à terme ces derniers jours. Épiphénomène sans conséquence ou prémices d’un mouvement plus préoccupant ? En quoi la situation présente conduit-elle à questionner le scénario jusqu’alors prédominant ?

Lire la suite…

Des nouvelles du front économique

Les nouvelles économiques nous arrivent d’un peu partout et confirment la brutalité du choc planétaire provoqué par les mesures de prévention face à l’épidémie de coronavirus. Sans surprise, la dégradation est exceptionnelle qu’il s’agisse des données asiatiques de la nuit, de celles d’Allemagne ce matin ou des inscriptions hebdomadaires au chômage aux États-Unis cet après-midi. Si les résultats de l’enquête INSEE semblent mieux résister que ceux d’ailleurs, ils décrivent cependant un brutal changement de décor tandis que leurs détails offrent une idée de la hiérarchie de l’exposition des différentes branches d’activité aux mesures de confinement.

Lire la suite…

Présentation Mars 2020: Covid 19, état des lieux et perspectives

Déferlante systémique:

  • Les chances d’un répit mondial avant la rentrée de septembre disparaissent
  • D’un choc d’offre chinois à un choc de demande internationale : une profonde récession industrielle, un tsunami dans les services
  • Un choc de 8 %-10 % du PIB mondial ? On peine à le croire, et pourtant…
  • Une crise financière proportionnelle à l’irrationnalité passée : TINA c’est fini
  • On s’en remet comment?
    La page de 30 années de mondialisation est en train de se tourner
    L’Europe survit-elle à la déferlante ?
    Déflation ou hyperinflation?

Lire la suite…

Un mal pour un bien. Vraiment ?

L’idée a germé dans nos esprits dès les débuts de l’épidémie de coronavirus : cette crise sanitaire inédite ne serait pas sans lendemains. Non pas qu’elle aura dévoilé la fragilité d’un monde que l’on croyait aseptisé qui nécessiterait une remise à plat des pratiques de prévention médicale en même temps qu’une plus grande transparence des systèmes santé et une meilleure préparation à des scénarii d’épidémie de grande ampleur. Non, c’est sur un autre plan que le choc provoqué par cette pandémie est le plus largement attendu : en l’occurrence dans sa capacité à accélérer le détricotage d’une mondialisation effrénée, aux proportions devenues insoutenables pour la bonne marche économique mondiale, qui plus est, incompatible avec toute ambition climatique un tant soit peu significative. L’apparition du Covid-19 en Chine a levé le voile sur l’extrême dépendance du reste du monde à l’égard de ce qui est devenu son atelier. Rien de nouveau mais néanmoins une violente prise de conscience des risques associés à une situation de sujétion critique allant jusqu’à l’approvisionnement des cellules souches de nos médicaments les plus indispensables. Alors on se prend à rêver que cette crise éveille les consciences, qu’elle permette d’effectuer ce grand pas en avant vers de nouveaux modes de consommation plus respectueux des besoins effectifs, de l’environnement et des équilibres économiques régionaux ; qu’elle rapproche les lieux de production de ceux de la consommation et redistribue plus équitablement les ressources en emploi ; que les images de la NASA d’un ciel pourri aux particules de dioxyde d’azote au-dessus du territoire chinois n’appartiennent plus qu’au passé. Une crise salvatrice en somme, un mal pour un bien. Mais, c’est à craindre, un rêve bien éloigné des lendemains que nous promet la crise en cours.

Lire la suite…

J+7 : la BCE monte dans le train à 0h GMT+1

A la bonne heure, la Banque Centrale Européenne semble avoir, enfin, pris la mesure de la crise en place et des risques qui lui sont liés.

Dans les annonces de cette nuit nous retenons UN grand pas : la levée de la contrainte du respect de la clé de capital de la BCE qui s’appliquait jusqu’à présent à ses interventions pour les achats de son nouveau Programme pour Urgence Pandémique (selon notre traduction, aucune information n’étant disponible pour l’heure sur le site de la Banque de France…, ou PEPP en anglais) annoncé cette nuit.

Ce programme, d’un montant de 750 milliards d’euros, devrait courir jusqu’à la fin de l’année. Il permettra à la BCE d’acheter tous les actifs publics ou privés actuellement concernés par le programme existant (APP). La BCE annonce également l’élargissement des actifs éligibles à son programme d’achats de titres d’entreprises (CSPP) et l’assouplissement des règles d’éligibilité.

La levée de la contrainte de la clé de capital, que nous avions renoncé à espérer avant la réunion de jeudi dernier, est une mesure essentielle pour assurer des frappes ciblées, que la BCE ne pouvait s’autoriser jusqu’alors. La levée de cette contrainte permet, en outre, d’atténuer les pressions baissières sur les taux des pays du noyau dur. En d’autres termes cela donne la flexibilité pour acheter des titres de la dette italienne ou espagnole sans avoir à acheter davantage de titres allemands ou français, comme c’était le cas pour les autres programmes jusqu’alors mis en place. Sur le papier cela signifie moins d’injections pour plus d’efficacité.

Les marchés périphériques devraient apprécier, comme le signale le repli des taux longs italiens durant la nuit. La réussite de ces initiatives est un enjeu crucial pour réduire les risques existentiels qui avaient recommencé à s’immiscer dans le marché depuis la réunion du conseil de politique monétaire de jeudi dernier. Ces annonces constituent donc un facteur de soutien pour le cours de l’euro et potentiellement les valeurs bancaires européennes en même temps qu’elles témoignent d’une prise de conscience bienvenue des autorités monétaires européennes.

En Europe, la première journée de la semaine a été marquée par une forte baisse des obligations souveraines, y compris, cette fois-ci dans les pays du noyau dur. Les taux à 10 ans allemands ont ainsi terminé la séance de lundi à un niveau de ?0,48 %, bien supérieur à leur point bas de la semaine dernière à -0,85 %. Tandis que les écarts de taux d’intérêt entre l’Allemagne et les pays périphériques se creusent, ces tendances ont conduit à une nouvelle embardée des taux italiens de quarante points de base, à plus de 2,20 %, mais également à une remontée de quasiment vingt points du rendement de l’OAT française, à +19 points de base ce lundi, au lieu de -0,4 % en milieu de semaine dernière.

 

lire en version PDF

Le ZEW allemand ne s’en sort pas si mal pour l’instant…

Comme attendu, les bons chiffres de climat des affaires de février ont fait long feu. L’indicateur ZEW du climat des affaires auprès des analystes financiers est parmi les premiers à être publiés et le résultat est sans appel, avec un repli mensuel de 43 points, sans équivalent depuis le début de cette série en 1992. À y regarder de plus près, cependant, la correction paraît encore en deçà de la réalité économique et financière du moment. Il est probable en effet que les plus bas de cette enquête soient encore à venir : en 2008 et 1993, l’indice des conditions courantes avait terminé sa course à -92 et -95 points, il est aujourd’hui à -43,1 ; l’indice des perspectives était de son côté tombé à-63 points en juillet 2008, un plancher risquant fort d’être enfoncé au vu des conditions présentes. De quoi, sans doute, continuer à peser sur le marché boursier allemand dans un futur proche.

Lire la suite…