L’impact de la crise sanitaire sur le PIB, maintenant gommé, qu’attendre de plus ?

La croissance du troisième trimestre n’a pas fini de faire parler en Europe. Comme le disait Mme Lagarde à l’occasion de sa conférence de presse de jeudi, l’économie de la zone euro a continué de croître fortement au troisième trimestre. Difficile de contredire ce diagnostic avec la plus forte progression trimestrielle du PIB français depuis l’été 1968 -en dehors de l’été 2020 marqué par le déconfinement-, une seconde hausse de 2,6 % du PIB italien, également rarissime, et des augmentations de 2 % du PIB espagnol, voire, de 1,8 % de l’allemand, en dépit des multiples alarmes agitées ces derniers temps sur ce dernier cas. Avec un écart au PIB de la fin 2019 maintenant réduit à moins de 0,5 % pour la zone euro, les effets de la crise sanitaire semblent quasiment gommés et la récupération n’est plus qu’à un cheveu de celle des Etats-Unis (2 %) malgré des efforts budgétaires autrement plus spectaculaires outre-Atlantique que de ce côté-ci. Satisfécit, donc, bien compréhensible des gouvernements et de la banque centrale. Il semble pourtant que l’essentiel reste à faire pour retrouver le chemin d’une croissance équilibrée et des perspectives véritablement encourageantes…

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Les achats de biens des ménages français chutent de 2,2 % en juillet

Si la révision à la hausse du PIB du deuxième trimestre, à +1,1 % contre 0,9 % en première estimation, rassure quelque peu, les données de consommation de juillet inquiètent. Après une faible augmentation de seulement 0,3 % en juin, les achats de biens des ménages français ont reculé de 2,2 % en volume au cours du premier mois de l’été, pour retomber à un niveau inférieur de plus de 2 % à celui d’avant crise..

Sans surprise, les soldes ont été médiocres, avec une contraction de 7,9 % des ventes de textiles mais les autres achats ont également été déprimés, avec des replis souvent significatifs : -2,5 % pour l’équipement de transport, -1 % pour l’équipement du foyer… Hors énergie et alimentation, l’ensemble des dépenses s’inscrit à -2,7 % ; un bien mauvais départ pour le troisième trimestre !

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Douche froide sur la France

Si les ménages français ont retrouvé le moral, c’est sans doute qu’ils ont beaucoup épargné, parce qu’à l’évidence ils n’ont guère desserré les cordons de leur bourse. En avril, leurs achats de biens ont chuté de 8,3 %. Mois de reconfinement oblige, ce résultat n’en est pas moins une très mauvaise nouvelle par rapport aux anticipations du consensus de marché qui prévoyait une légère croissance. Seule consolation, le dernier confinement a eu un impact amorti par rapport aux deux précédents. Enfin, surtout grâce à l’énergie. Il faudra que mai et juin soient particulièrement robustes pour effacer ce mauvais point de départ du deuxième trimestre. Avril marque le quatrième mois de contraction des achats des ménages qui se situent aujourd’hui à un niveau inférieur de 10 % à celui de décembre 2019.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner