La chute du pouvoir d’achat menace la France de récession au deuxième trimestre

Les derniers points de conjoncture de l’INSEE et de la Banque de France anticipaient une légère hausse du PIB, entre 0,3 % et 0,5 % au premier trimestre. Les mauvaises données de consommation de biens des deux premiers mois ne remettent pas forcément en cause ce diagnostic, dont la véracité dépendra surtout des dépenses dans les services. Elles n’en constituent pas moins une alerte : la consommation des ménages en biens a progressé de seulement 0,8 % en février, ce qui lui permet à peine de compenser la révision à la baisse du très mauvais mois de janvier (-2 % après -1,5 %). L’acquis de consommation de biens est donc de -1,2 %, inférieur à celui des ventes de détail allemandes, -0,9 % pour une hausse mensuelle de 0,7 % en février. Au total, la consommation en biens semble donc décroître, ou du moins stagner à des niveaux inférieurs à ceux d’avant crise.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Calme plat du côté des achats de biens en France alors que l’inflation gagne du terrain

La consommation des ménages français a surpris à la hausse en première lecture ce matin, avec une progression de 1 % du volume des achats des biens en août, quand le consensus des économistes anticipait une stagnation. Cette bonne surprise est cependant vite relativisée : les dépenses alimentaires, qui représentent plus d’un tiers du total des achats, expliquent la quasi-intégralité de ce résultat avec une hausse de 3,1 %. Les dépenses énergétiques augmentent, elles, de 0,6 %. En revanche, les achats de biens fabriqués accusent un nouveau recul : -0,6 % après, déjà, une contraction de -2,8 % en juillet. L’ensemble est donc décevant pour cette période censée être celle d’un rattrapage de la consommation et tandis que l’envolée des prix de l’énergie encore à venir menace de plomber le pouvoir d’achat. En septembre l’inflation française est remontée à 2,1 %, après 1,9 % (ou 2,7 % après 2,4 % en données harmonisées) quand elle était nulle en début d’année. En octobre, la hausse des prix du gaz ne va rien arranger….

 

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Les achats de biens des ménages français chutent de 2,2 % en juillet

Si la révision à la hausse du PIB du deuxième trimestre, à +1,1 % contre 0,9 % en première estimation, rassure quelque peu, les données de consommation de juillet inquiètent. Après une faible augmentation de seulement 0,3 % en juin, les achats de biens des ménages français ont reculé de 2,2 % en volume au cours du premier mois de l’été, pour retomber à un niveau inférieur de plus de 2 % à celui d’avant crise..

Sans surprise, les soldes ont été médiocres, avec une contraction de 7,9 % des ventes de textiles mais les autres achats ont également été déprimés, avec des replis souvent significatifs : -2,5 % pour l’équipement de transport, -1 % pour l’équipement du foyer… Hors énergie et alimentation, l’ensemble des dépenses s’inscrit à -2,7 % ; un bien mauvais départ pour le troisième trimestre !

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

En mai, les achats des ménages français retrouvent leur niveau de février !

En baisse de 8,7 % en avril, avec le confinement, la consommation de biens des ménages français à prix constants a rebondi de 10,4 % en mai. Le mois dernier a en effet été marqué par une levée progressive des contraintes sanitaires, la totalité des commerces ayant pu rouvrir le 19 mai. Ce rebond permet de retrouver, grosso-modo, les niveaux de février, similaires à ceux de la fin 2019. Il en est de même pour ce qui est du détail des secteurs, qui, malgré une progression parfois impressionnante (plus d’un doublement dans l’habillement, qui sans doute se retrouvera dans des soldes moins porteurs) n’affichent que dans de très rares cas des niveaux supérieurs à ceux d’avant crise. Hors énergie et alimentaire, seuls les biens d’équipement du foyer y parviennent. Il faudra faire aussi bien en juin pour sauver la consommation du deuxième trimestre.

 

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Douche froide sur la France

Si les ménages français ont retrouvé le moral, c’est sans doute qu’ils ont beaucoup épargné, parce qu’à l’évidence ils n’ont guère desserré les cordons de leur bourse. En avril, leurs achats de biens ont chuté de 8,3 %. Mois de reconfinement oblige, ce résultat n’en est pas moins une très mauvaise nouvelle par rapport aux anticipations du consensus de marché qui prévoyait une légère croissance. Seule consolation, le dernier confinement a eu un impact amorti par rapport aux deux précédents. Enfin, surtout grâce à l’énergie. Il faudra que mai et juin soient particulièrement robustes pour effacer ce mauvais point de départ du deuxième trimestre. Avril marque le quatrième mois de contraction des achats des ménages qui se situent aujourd’hui à un niveau inférieur de 10 % à celui de décembre 2019.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

La croissance 2021 sera beaucoup plus soutenue en France qu’en Allemagne !

Le PIB français a augmenté de 0,4 % au premier trimestre 2021, après une baisse de 1,4 % en fin d’année dernière. Rien d’exceptionnel, donc, d’autant que le retard par rapport au dernier trimestre 2019 est toujours de 4,4 %. C’est mieux, toutefois que le reste de la zone euro. Le PIB réel s’est en effet contracté de 0,4 % en Italie, 0,5 % en Espagne et de 1,7 % en Allemagne de sorte que la France a amorti le recul de la zone euro : seulement 0,6 %, après une baisse de 0,7 % déjà au dernier trimestre 2020. Plus encore, cela semble garantir à l’Hexagone l’une des plus fortes croissances du vieux continent en 2021, avec un acquis d’autant plus avantageux à la fin du premier trimestre, notamment en comparaison de l’Allemagne : 4 % pour la première contre 0,2 % pour la seconde.

Qu’importe que cette « réussite » soit le résultat d’effets de base statistiques et de la décision de repousser le confinement, au contraire de ce qu’ont fait la plupart de ses voisins. La croissance annuelle de l’économie française pour 2021 sera connue début 2022, en pleine campagne électorale, et l’on peut parier que le bon résultat sera utilisé comme un argument majeur par l’actuelle majorité.

 

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Soldes ou pas, ni la consommation ni l’inflation ne décollent en France

Les achats de biens des ménages français ont littéralement stagné en février après s’être contractés de 4,9 % en janvier, au lieu de 4,6 % en première lecture. Fort heureusement, il y a eu des soldes, lesquels ont permis un rebond de 3,4 % des achats de biens fabriqués… après néanmoins un recul de 13 % en janvier. Si l’équipement du logement tire encore son épingle du jeu, avec une progression mensuelle de plus de 11 % et de près de 20 % sur un an, c’est bien le seul secteur à véritablement résister depuis le début de la crise sanitaire. Les achats d’automobiles déclinent de nouveau. Après avoir brièvement dépassé leur niveau moyen de 2019 dans le courant de l’été dernier, ils se replient presque continûment depuis ; en février les dépenses allouées au secteur sont en déclin de plus de 6,5 % par rapport à leur niveau d’avant crise.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Usure du côté des consommateurs français, l’épargne n’est pas prête de baisser

La consommation des ménages en biens s’est repliée de 4,6 % en janvier par rapport à décembre, ce qui engendre une croissance nulle sur 12 mois. Un chiffre que l’on aurait considéré comme particulièrement mauvais il y a deux ans mais que l’année 2020 a rendu presque normal, d’autant qu’à première vue, les pertes liées au couvre-feu sont un tiers moindres que celles liées au dernier confinement de novembre. A ceci près que le couvre-feu se prolonge, et pourrait même se transformer en confinement sous peu, et que la corde s’use manifestement du côté des consommateurs.

 

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner