La déprime devient la nouvelle norme en zone euro

Globalement, les indicateurs de climat des affaires de la commission européenne se redressent légèrement en février. Le sentiment économique composite pour la zone euro gagne ainsi trois points par rapport à janvier, pour s’établir à 93. L’indicateur allemand rebondit, lui aussi, de trois points, à 96, et le français récupère un petit point, à 91 ; un mouvement inverse à celui de l’indicateur INSEE. Parmi les quatre grands pays, seule l’Espagne voit son climat des affaires se replier, de 94 à 91. Pas si mal pourrait-on dire au vu d’une situation sanitaire toujours très tendue. Au mois le mois, peut-être ; en termes de niveaux, beaucoup moins : l’Europe semble s’installer dans une période durable de croissance en sous-régime. C’est fondamentalement préoccupant.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Des résultats en trompe-l’œil des enquêtes de la Commission

L’indicateur du sentiment économique de la Commission européenne s’est nettement redressé en mai, à 105,1 après 103,9, tiré par un regain de confiance dans l’industrie. Le déstockage explique principalement ce sursaut. L’opinion sur les carnets de commandes poursuit, en revanche sa détérioration, notamment à l’exportation. Peu de raisons de s’enthousiasmer, donc, même en France, où la bonne tenue présumée de la demande domestique ressort mal de l’analyse détaillée des données, quand la situation allemande se détériore davantage.

Lire la suite…

Des déceptions conjoncturelles aux crispations souveraines, les vieux démons européens reviennent à la surface

Érosion des espoirs de reprise, déceptions sur l’inflation, crise italienne, décidément les développements ne sont guère rassurants en Europe ces derniers jours. Signes d’une Europe de plus en plus mal en point, ces stigmates ne manquent pas d’inquiéter à la veille des prochaines élections européennes du printemps 2019.

Lire la suite…

Ouvrons nos écoutilles, la BCE ne devrait pas tarder à réviser sa copie

À -0,82 %, les taux à deux ans allemands flirtent depuis ce matin avec de nouveaux plus bas historiques. Alors que l’euro menace de tomber à parité contre le billet vert, que les anticipations d’inflation des ménages redressent vigoureusement la tête et que les statistiques économiques de la zone euro décrivent une nette amélioration de la situation (y compris en France !)…

Lire la suite…