La déprime devient la nouvelle norme en zone euro

Globalement, les indicateurs de climat des affaires de la commission européenne se redressent légèrement en février. Le sentiment économique composite pour la zone euro gagne ainsi trois points par rapport à janvier, pour s’établir à 93. L’indicateur allemand rebondit, lui aussi, de trois points, à 96, et le français récupère un petit point, à 91 ; un mouvement inverse à celui de l’indicateur INSEE. Parmi les quatre grands pays, seule l’Espagne voit son climat des affaires se replier, de 94 à 91. Pas si mal pourrait-on dire au vu d’une situation sanitaire toujours très tendue. Au mois le mois, peut-être ; en termes de niveaux, beaucoup moins : l’Europe semble s’installer dans une période durable de croissance en sous-régime. C’est fondamentalement préoccupant.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

« Qui vit sans folie n’est pas si sage qu’il croit » ; le Japon aura, au moins, essayé !

Après le choc de la TVA d’octobre 2019 et celui de la crise sanitaire, la fin d’année dernière a été plutôt satisfaisante pour l’économie japonaise, avec une hausse de 3 % de son PIB réel au dernier trimestre, selon les premières estimations, et une contribution positive de l’ensemble de ses composantes. Forte d’un acquis de 2,6 %, l’économie pourrait enregistrer son plus fort taux de croissance depuis 2010 cette année mais il lui faudra faire deux fois mieux pour combler les pertes de 2020. Le pari n’est pas inaccessible malgré un début d’année en demie teinte. Voilà qui risque cependant de ne pas changer grand-chose au déclin structurel du pays et à ses besoins de soutien permanents de la part de l’État et de la BoJ. Nul ne sait plus dire comment ce jeu-là se terminera. L’indice Nikkei déjà au-delà de 30 000 points est à son plus haut niveau depuis mai 1990, à quelques mois seulement de son record historique de janvier de la même année, avant que le vent ne tourne. Les chances d’aller tester ce niveau, pour voir, sont assurément élevées aujourd’hui tandis que la Banque centrale commence à prendre peur… La Rochefoucauld ne disait-il pas « qui vit sans folie n’est pas si sage qu’il croit » ? On ne pourra pas dire que le pays n’aura pas tenté !

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

PIB européen : un peu meilleur que prévu en 2020, un peu moins bon en 2021…

Le PIB de la zone euro se sera finalement contracté de 6,8 % en moyenne l’an dernier. C’est moins mauvais que généralement attendu grâce à une fin d’année moins pénalisée qu’initialement prévu par le regain de l’épidémie. Au quatrième trimestre, la baisse du PIB n’a été que de 0,7 %, en effet, à raison de 2 % de repli en Italie, 1,3 % en France et d’une légère croissance de 0,1 % en Allemagne et de 0,4 % en Espagne et au Portugal. En fin d’année dernière, l’acquis de croissance pour 2021 est de 2,1 %, ce qui devrait permettre de sauver les meubles cette année. Parviendra-t-on aux 3,9 % attendu par la BCE sur l’ensemble de l’année ?

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner