Les estimations de la FED d’Atlanta en léger mieux pour le PIB du T2… à -40 % !

La croissance américaine pourrait avoir dépassé son point bas selon les chiffrages de la FED d’Atlanta. Après être tombée à un plus bas de -42,8 % le 15 mai, l’estimation de la croissance du PIB du deuxième trimestre s’est en effet stabilisée ces deux dernières semaines avant de remonter à -40,4 % dans la foulée des commandes de biens durables publiées jeudi. Malgré une nouvelle chute de 17 % du total des ordres en avril, peu ou prou équivalente à celle de mars, ce dernier rapport cachait une « bonne surprise » : une baisse de seulement 1,8 % des commandes de biens d’équipement qu’utilise le modèle d’Atlanta pour son estimation des dépenses d’investissement des entreprises.

On, l’aura compris, le retournement ne tient pas à grand-chose à ce stade mais a probablement de grandes chances d’être confirmé au fur et à mesure du retour progressif à la normale des conditions de vie. Reste à ne pas oublier l’essentiel : au-delà de passer le point bas c’est bien une contraction de 40 % du PIB encore à venir, que la Fed d’Atlanta nous prédit !

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Les données américaines de mars préfigurent un mois d’avril calamiteux

Les données américaines du mois de mars commencent à nous parvenir et sont, sans surprise, mauvaises, malgré des mesures de distanciation moins sévères, adoptées de manière plus graduelle et plus tardivement que dans bien d’autres pays. C’est essentiellement la dernière semaine du mois, en effet, que se sont durcies les règles de confinement aux États-Unis et c’est à la lueur de ce calendrier que doivent être observées les données aujourd’hui publiées, avec pour conséquence un résultat alarmant pour avril, comme nous le suggère déjà l’effondrement de l’indicateur du climat des affaires de New-York, l’Empire manufacturing, en chute de plus de 50 points supplémentaires après sa baisse de plus de 33 points en mars, à -78,2.

 

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Aux Etats-Unis, les données qui filtrent du shutdown ne sont pas du meilleur cru mais pas du pire, non plus

À travers l’épais brouillard créé par le plus long shutdown de l’histoire des Etats-Unis filtrent quelques rares informations sur la conjoncture américaine. Bien qu’assez disparates, celles-ci ne sont pas du meilleur cru ; un peu comme si l’industrie américaine s’apprêtait à emboiter le pas à ses partenaires d’Europe et d’Asie… Malgré tout, si l’industrie va mal, le repli combiné des taux d’intérêt et des cours du pétrole semble faire contre-poids, pour l’instant tout au moins. D. Trump n’aurait donc pas encore le couteau sous la gorge et pourrait tenir face aux démocrates. Gare aux effets retardés d’un shutdown trop prolongé.

Lire la suite…