Avec des perspectives aux niveaux de 2008, l’IFO confirme la récession en Allemagne

L’enquête IFO du mois de juillet se dégrade fortement avec un indicateur composite en recul de presque 4 points, à 88,6, un plus bas depuis la récession de 2008-09, hors période première vague de covid de 2020. Relativement limitée pour ce qui est de la situation courante, le sentiment flanche en revanche sur les perspectives, avec une chute de plus de 5 points à un niveau proche du plus bas atteint lors de la crise de 2008.

Alors que la croissance allemande semble avoir été épargnée au deuxième trimestre, le diagnostic d’une récession marquée au deuxième semestre fait de moins en moins de doute. Au contraire des prévisions du consensus qui tablaient le plus souvent sur la fin d’année pour rattraper les pertes accumulées par l’économie allemande depuis plus de deux ans (le retard du PIB est encore de 1 % par rapport à la fin 2019) c’est une franche détérioration qu’il faut attendre, laquelle impactera non seulement les résultats de cette année mais risque fort de plomber les acquis pour 2023.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

IFO : l’Allemagne en récession

Sans surprise, et dans la foulée du ZEW, les chiffres IFO de climat des affaires connaissent leur plus lourde chute depuis 2005. L’indicateur global passe ainsi de 96 à 87,7. Plus encore que l’indicateur de situation courante, qui ne perd « que » 5 points, à 93,8, c’est le recul des perspectives qui frappe : -11 points à 82, 3 points seulement au-dessus du plus bas de décembre 2008. En revanche, les détails sectoriels nous montrent quelques disparités, avec des services qui dévissent franchement.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Les secteurs clés de l’industrie allemande replongent en octobre selon le ZEW

La remontée des perspectives du ZEW du mois dernier avait fait espérer que la très mauvaise passe de l’économie allemande puisse être contenue dans le temps. A contrario, les résultats d’octobre, avec la stagnation de cet indicateur avancé et la nouvelle baisse des conditions courantes à un plus bas depuis avril 2010, n’augurent rien de bon. Surtout, les grands secteurs exportateurs, automobile et mécanique, rechutent.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Les enquêtes nationales de l’INSEE et l’IFO, nuancent les PMI, sans infirmer le diagnostic

En septembre, l’indice IFO du climat des affaires en Allemagne a connu son premier rebond depuis 6 mois avec une hausse de 0,3 points pour s’établir à 94,6. De quoi remettre en question les très mauvais chiffres PMI publiés hier ? Pas vraiment : non seulement les rares rebonds observés sont insignifiants en comparaison des baisses des derniers mois, mais les perspectives continuent de se dégrader. En France, en revanche, les chiffres de l’INSEE sont somme toute corrects, avec un climat des affaires en hausse à 106 points. Les pressions sur les prix dans les services et le haut niveau des stocks industriels sont toutefois, nettement moins engageants…

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

PMI ; c’est violent en zone euro, médiocre aux États-Unis

Les PMI européens des derniers mois avaient beau être franchement bas, il demeurait quelques branches auxquelles se raccrocher pour espérer défier les conséquences de la récession industrielle allemande ; tantôt la bonne tenue de l’économie française, tantôt la résistance des services… Comme on pouvait le redouter, ces éléments de diversion n’ont pas résisté aux dernières rafales en provenance de l’industrie : les PMI du mois de septembre sont en l’occurrence très décevants, déplorables en Allemagne, inquiétants en France et, in fine, de bien mauvais augure pour ce qu’ils nous disent de la tournure de la conjoncture mondiale.

L’économie américaine reste mieux lotie mais pas franchement à la hauteur des attentes, avec en particulier une chute de l’indice d’emploi en territoire négatif pour la première fois depuis janvier 2010. Les baisses de taux t’intérêt semblent décidément avoir bien du mal à porter leurs fruits…

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Pas d’emballement : diagnostic de récession confirmé par le ZEW allemand de ce mois-ci

En dépit d’une hausse à priori rassurante des perspectives, l’indice des conditions courantes du ZEW enregistre sa quatrième baisse consécutive pour atteindre un plus bas de neuf ans, à -19,9. L’ampleur de sa chute depuis le point haut de janvier 2018, la pertinence de cet indicateur en matière de croissance du PIB ainsi que la convergence des deux indices, avancé et coïncident, en territoire négatif : tout confirme le scénario d’une vraisemblable récession en Allemagne. Le rebond des perspectives à -22,5, s’il venait à être confirmé dans les mois à venir, pourrait, au mieux, laisser espérer que l’épisode récessif soit de relative brève durée. Mais ceci, l’enquête d’aujourd’hui ne nous le dit pas.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Le PIB allemand baisse de 0,4 % hors stocks au deuxième trimestre

Avec un PIB réel qui se contracte au deuxième trimestre, à -0,1 %, l’Allemagne confirme les craintes nées des chiffres de production et de climat des affaires des derniers mois. Encore ce mauvais résultat est-il atténué par le fort gonflement des stocks sans lequel le PIB réel aurait baissé de 0,4 %. Au-delà de la mauvaise performance du commerce extérieur, très largement attendue, la demande domestique a été faible au printemps, avec une hausse de seulement 0,1 % des dépenses de consommation des ménages ainsi qu’un repli de l’investissement. Au vu des indicateurs avancés toujours plus mauvais de cet été, le troisième trimestre a tout lieu de connaitre une nouvelle contraction de l’activité qui viendra signer l’entrée effective de l’Allemagne en récession au printemps.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner