3 % d’inflation en zone euro : les taux d’intérêt font mine d’y croire …

Lorsque l’objectif d’inflation affiché par la banque centrale est de 2 %, le dépasser d’un point peut paraitre lourd de conséquences, notamment après l’embardée des prix observée aux Etats-Unis ces derniers mois. À 3 %, l’inflation en zone euro a atteint un plus haut de près de 10 ans. Bien que largement attendu, ce résultat a fait rebondir le niveau des taux européens ce matin. Rien, pourtant, dans l’analyse détaillée de ce résultat ne suggère de risque d’une inflation durable. Effets de base, baisse passée de la TVA en Allemagne et envolée des prix de l’énergie sont, comme prévu, les seuls véritables sources de cette accélération. À l’exception de quelques rares secteurs, la réouverture de l’économie n’a pas provoqué, pour l’heure, d’accélération notable des prix. L’inflation sous-jacente n’excède pas, 1,6 % d’ailleurs !

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Pas de panique, l’inflation américaine n’est pas plus menaçante aujourd’hui qu’hier

Les marchés sont particulièrement irritables à la veille d’un assouplissement anticipé de la politique monétaire américaine souvent considéré comme un brin précoce (voir à ce sujet Erreur de casting de J. Powell ?). La publication d’une remontée de 0,3 % de l’indice sous-jacent d’inflation en juin n’a, de fait, pas tardé à titiller les taux d’intérêt futurs, déjà sur le qui-vive après du président de la FED. L’analyse détaillée des données d’inflation du mois de juin ne donne pourtant rien de bien convaincant : outre une remontée des prix des véhicules d’occasion et de l’habillement, plutôt pressurisés ces derniers temps, c’est encore une fois des loyers que provient l’essentiel de la hausse de l’inflation sous-jacente. L’inflation sous-jacente hors loyers n’est d’ailleurs pas plus élevée que 1,1 %. Par ailleurs, les évidences d’une sensibilité croissante de la demande aux variations des prix se multiplient et semblent largement limiter les risques d’inflation.

Lire la suite…

Inflation & Stratégie: Vers une plus grande dispersion de l’inflation

Si le récent rebond des prix du pétrole et les tensions sur les prix des produits frais freinent quelque peu la décélération escomptée de l’inflation dans le monde industrialisé, le mouvement de repli n’est probablement pas terminé, dans un contexte où les inflations sous-jacentes ne montrent, pour l’instant, aucun signe d’accélération. Derrière cette tendance, toutefois, la fin de l’été témoigne d’une dispersion accrue sur les rythmes de croissance des prix entre les grandes économies. Alors que les signes d’emballement de l’économie américaine se font plus présents et que la Fed révise à la hausse ses prévisions de croissance, celles de la Zone Euro où le Royaume-Uni sont révisées à la baisse. Cette dispersion économique ne s’est pas encore propagée aux anticipations d’inflation qui font toujours preuve d’une très grande stabilité. Une situation qui offre selon nous des opportunités.

Lire la suite