Poussive reprise chinoise

L’image d’une reprise « en aile d’oiseau » proposée par le gouverneur de la Banque de France la semaine dernière est, à ce stade, la plus proche de ce que suggèrent les indicateurs de nombreux pays de ces derniers jours. Un détail d’importance, cependant, comme illustré par la plupart des données chinoises du mois de juin publiées ce matin, le replat de l’aile d’oiseau semble déjà se profiler, ce qui est incontestablement plus précoce que le scénario proposé par M. Villeroy de Galhau. En cause, sans aucun doute, les difficultés à éradiquer l’épidémie de Covid-19 qui pèsent tout à la fois sur l’activité exportatrice et sur la demande domestique chinoise, laquelle répond bien mollement aux mesures de soutien du gouvernement.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Indicateurs mitigés en Chine ce matin

Les statistiques mensuelles du mois de novembre confirment un léger mieux du côté de la production avec une progression annuelle de 6,2 % au lieu de 4,7 % en octobre. Ces résultats, en phase avec l’amélioration des PMI selon la Fédération Chinoise de la Logistique et des Achats (CFLP), ont cependant été contrariés par le nouveau ralentissement de la production d’électricité (6,2 % contre 7,5 % il y a deux mois) et la stagnation à faible niveau de la croissance des investissement fixes, à 5,2 %.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

La Chine échoue à stabiliser sa croissance…

…« Sous la direction de la pensée Xi Jinping »

À 5,3 %, la croissance annuelle de la valeur ajoutée industrielle chinoise a de nouveau décéléré en février (5,7 % en janvier), soit, aux accidents statistiques près, son plus faible rythme depuis 1991. Malgré la chute d’un point de l’inflation depuis octobre, à 1,5 % en février, la croissance des ventes de détail stationne à 8,2 %, sur fond de remontée brutale du taux de chômage urbain, de 4,9 % en janvier à 5,3 % en février, tandis que les ventes d’automobiles continuent de refluer de 17 % l’an. Malgré le satisfécit de l’office national des statistiques sur les résultats de l’économie chinoise depuis le début de l’année (voir fin de document*), ces données continuent à souligner une situation critique, plus en phase avec les retours très mitigés des enquêtes de la Confédération nationale des directeurs d’achats (CFLP) qu’avec ceux des PMI de Markit.

Lire la suite…