Le PIB américain se contracte de 1,4 % et ce n’est pas seulement la faute des stocks

La première estimation du PIB américain du premier trimestre fait ressortir une contraction de 1,4 % en rythme annualisé (r.a.) par rapport à la fin de l’année dernière. Si le creusement de quasiment un cinquième du déficit commercial en mars avait préparé les esprits à une croissance très ralentie, la déception n’en est pas moins significative au vu des attentes du consensus (1 %). L’industrie, responsable d’une baisse de 3,4 % du PIB automobile comprise, accuse la contribution la plus négative depuis le quatrième trimestre 2008, hors première vague de Covid. Fort heureusement, la dissipation des contraintes sanitaires a permis aux services d’éponger une partie de ces pertes mais, avec une hausse de 7 % r.a. des prix au cours de la période, le consommateur ne pouvait pas faire de miracle : la croissance de ses dépenses s’est limitée à 2,7 % r.a. Suffisant diront certains qui ne manqueront pas de mettre en avant la baisse des stocks et l’envolée des importations pour suggérer une très bonne tenue de la demande domestique, comme le fera sans doute la FED pour pouvoir rassurer sur la capacité de l’économie américaine a affronter le durcissement des conditions monétaires…

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

La croissance US hélitreuillée est conforme aux attentes ; c’est au moins ça !

Comme attendu, le PIB réel américain a progressé de 6,4 % en rythme annualisé (1,6 % non annualisé) au premier trimestre 2021. Le retard par rapport à son niveau d’avant crise est ainsi ramené à un peu moins de 1 %, qui devrait être comblé sans difficulté au cours des trois prochains mois. La reprise semble donc engagée et le rattrapage du troisième trimestre devrait suffire à assurer une croissance d’au moins 7 % en moyenne cette année. Mais l’économie américaine tient grâce aux béquilles gouvernementales.

Les ménages ont reçu deux chèques de l’administration au cours du premier trimestre, plus de 2,2 Trn de dollars qui ont constitué 96 % de la croissance de leur revenu disponible, dont l’essentiel est allé à l’épargne et aux achats de biens, source quasi-exclusive de la croissance du PIB. Leurs revenus dépendront à l’avenir de l’emploi, des salaires ainsi que des prix et, sans doute, faudra-t-il qu’ils puisent dans leur épargne pour entretenir le rattrapage de la demande. De cela découlera le rebond plus ou moins rapide de l’activité dans les services, qui, contrairement à l’industrie, accusent encore un gros retard par rapport à la situation d’avant crise. Et de cela dépendront in fine les tendances de l’emploi et de ce qui fera la croissance avant que les réformes structurelles de J. Biden portent leurs fruits…

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

PIB américain, ça ne prend pas l’allure d’une reprise en V

Le PIB américain ressort en hausse de 4 % en rythme annualisé au dernier trimestre 2020, contre 33 % r.a. au troisième, soit toujours un recul de 2,5 % en glissement annuel, contre 2,8 % au trimestre dernier. Autant dire que la reprise est bien ralentie par rapport aux attentes d’il y a quelques mois ; la FED d’Atlanta estimait jusqu’à quasiment fin octobre une croissance de plus de 30 %… Les dépenses des ménages ressortent manifestement comme le point faible de cette première estimation, en hausse de seulement 2,6 % r.a., avant la publication, demain, des données de consommation de décembre. A contrario, le boom immobilier a maintenu la contribution de l’investissement résidentiel à la croissance du PIB à des niveaux inédits depuis le début des années 1980, de 1,3 points après déjà 2,2 points au troisième trimestre. Les stocks ont également gonflé la croissance d’un point au cours de la période. L’économie américaine est donc passablement affaiblie, la chute du dollar n’ayant même pas permis de dégager une contribution positive des exportations nettes, qui, à l’inverse, rabotent la croissance de 1,5 points. L’acquis de croissance pour l’année prochaine ressort ainsi à seulement 2 %, ce qui nécessiterait au moins une croissance identique à celle de la fin d’année pour parvenir à 4,5 % en moyenne cette année, après une contraction de 3,5 % en 2020.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

+33 % pour le PIB américain ; D. Trump exulte mais la messe est loin d’être dite…

Après une chute inédite de 31,4 % au deuxième trimestre, le produit intérieur brut réel américain a rebondi de 33,1 % en rythme annualisé au troisième, soit une hausse de 7,4 % après une contraction de 9 % dans la version non annualisée. Le résultat ne constitue pas une surprise, la FED d’Atlanta a prévu depuis près d’un mois un résultat de plus de 35 % et les données européennes attendues seront, a priori, plus spectaculaires encore ; du même acabit en Allemagne et potentiellement deux fois plus élevées en France, selon l’INSEE. Après une paralysie comme celle du deuxième trimestre, un tel rattrapage n’est guère surprenant et a plus à voir avec des effets techniques qu’il ne nous renseigne sur l’état de la conjoncture. Le président américain ne s’embarrassera pas de ces considérations et l’on peut s’attendre à ce qu’il brandisse ce résultat comme la preuve de sa réussite. Attention à ne pas tomber dans le panneau : même après cette performance, le déficit de croissance est encore de plus de 5 % par rapport à sa tendance d’avant crise. Si cela peut paraître relativement faible au regard du chemin parcouru ces trois derniers mois, cet écart pourrait mettre du temps à être comblé. On se rappelle que malgré la mobilisation de moyens exceptionnels tant du côté budgétaire que monétaire, l’économie américaine n’a jamais retrouvé la tendance qu’elle avait avant la crise de 2008. Pour combler le déficit actuel il lui faudrait en l’occurrence parvenir à renouer avec un rythme de croissance bien supérieur à celui des quatre dernières années à l’avenir…

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

-4,8 % pour le PIB américain c’est commun ; -7,5 % pour les seuls services c’est inédit

À première vue, une chute de 4,8 % r.a. du produit intérieur brut n’est pas outre mesure effrayante. Après tout, c’est nettement moins que celle de 8,4 % enregistrée à l’occasion de la crise financière, au quatrième trimestre 2008, et assez conforme à ce qu’a connu l’économie américaine à l’occasion des récessions passées. Dans le détail, les choses paraissent pourtant un peu plus ardues. Selon les premières estimations, les dépenses des ménages américains (70 % du PIB) se seraient contractées de 7,5 % en moyenne au premier trimestre, un record de baisse depuis la récession de 1980, pour deux semaines maximum de confinement non généralisé…

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Un quatrième trimestre bien peu inspirant aux États-Unis

Sans surprise, la croissance américaine est ressortie à 2,1 % en rythme annualisé au dernier trimestre de l’année dernière, un chiffre conforme aux attentes et quasiment identique à ceux des deux précédents. Sur le détail peu à dire : consommation de biens ramollie, dépenses de services un peu plus solides, frémissement de l’investissement immobilier mais nouvelle contraction de l’investissement productif, l’ensemble compensé par une chute des importations de 8,7 % r.a. qui permet aux exportations nettes de compenser l’impact négatif de la baisse des stocks… Bref, il ne se passe pas grand-chose de palpitant dans la première économie mondiale où, un peu comme dans un jeu de chasse-taupe, les soutiens à la croissance vont et viennent au fil des trimestres parvenant à maintenir un équilibre fragile autour d’une moyenne de 2 % sans qu’aucune tendance ne se profile véritablement.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

PIB et emploi américains : J. Powell moins libre qu’il ne le pense…

À 1,9 %, la première estimation de la croissance américaine est au-dessus des attentes (1,6 %), offrant a priori peu d’arguments à la FED pour défendre une nouvelle baisse des taux directeurs qui devrait être annoncée ce soir. Dans un tel cas de figure, c’est plutôt un discours relativement ferme sur son intention de stopper l’exercice d’assouplissement monétaire qui pourrait être attendu. A y regarder de plus près, pourtant, les données américaines sont beaucoup moins réconfortantes. Les détails du PIB du troisième trimestre portent de plus en plus les stigmates d’une fin de cycle, une conclusion que ne remettent à l’évidence pas en cause les données de l’ADP après de sérieuses révisions apportées sur les six derniers mois. Conséquence de tout cela, les anticipations d’une nouvelle baisse des taux des Fed Funds en décembre sont remontées de 17 % hier à plus de 26 % aujourd’hui ! Dans de telles conditions, J. Powell devra faire état d’une prudence renouvelée…

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner