Brexit, ‘not yet’ ; gardons-nous de tirer des plans sur la comète

Trois ans et demi se sont écoulés depuis le référendum qui ouvrit le début de l’épopée d’une sortie du Royaume-Uni de l’UE. Plus de trois années au cours desquelles le dossier semble n’avoir fait que se complexifier pour être aujourd’hui dans l’incapacité d’aboutir dans des conditions satisfaisantes pour les différentes parties engagées. Politiques, économistes, chefs d’entreprises et citoyens européens, tous ont aujourd’hui envie d’en finir, au risque d’accepter des compromis que seule l’usure pourrait justifier.

Lire la suite…

Brexit : sidération

Boris Johnson avait averti : il mettrait le parlement britannique en congés pour prévenir le risque d’un barrage à son projet d’un Brexit à n’importe quel prix, avec ou sans accord. L’idée semblait tellement impensable au royaume de la démocratie qu’il était difficile de croire en ces menaces. La reine Elizabeth II vient, pourtant, de valider la demande du premier Ministre B. Johnson et nous restons pantois. Pantois, devant la brutalité d’un premier ministre porté à la tête du Royaume-Uni par défaut, sans avoir été élu, s’apprêter à décider du sort historique de son pays. Pantois, devant la résignation d’une population lassée d’une affaire qui paralyse leur pays et dont nombreux ne comprennent pas les enjeux, prête à se résigner à bafouer sa démocratie et son Royaume par dépit. Pantois, devant le peu de cas que font les marchés du risque de jour en jour plus important d’un Brexit dans quelques neuf semaines, aux conséquences imprévisibles mais sans aucun doute ravageuses de part et d’autre de la Manche à brève échéance. Pantois, enfin, face à la multitude de questions que pose cette perspective pour l’avenir du Royaume-Uni d’abord et, au-delà, celui de l’Europe et des démocraties.

S’agit-il d’un ultime coup de bluff destiné à faire peur aux européens pour les forcer à accepter un nouveau délai, en dépit de toute proposition crédible de renégociation de l’accord de T. May ? La sidération conduit forcément à se poser la question, au risque de faire preuve de déni d’une réalité trop accablante pour être acceptée.

Les Britanniques croient-il vraiment pouvoir être gagnants en s’imposant comme le paradis de la défiscalisation et de l’abolition des droits de douanes mais en empêchant la libre circulation des personnes et du capital qui va de pair ?

Sont-ils aussi prétentieux qu’ils envisagent pouvoir, seuls, établir de meilleures relations commerciales avec les grands de ce monde dans un contexte international de plus en plus instable et conflictuel ?

Sont-ils aussi convaincus de l’attachement des Irlandais et des Écossais à la Grande-Bretagne qu’ils n’envisagent pas que cette atteinte à la démocratie rende insupportable leur maintien dans le Royaume-Uni ?

Cette folie politique nous sidère, assurément.

lire le PDF

La perspective d’un hard Brexit s’éloigne ; les marchés des changes l’ont compris

Du long périple de ces derniers mois, il ressort au moins une conclusion claire : paradoxalement, la perspective d’un « hard Brexit » qui verrait le Royaume-Uni quitter l’Union Européenne sans accord préalable n’est souhaitée par personne, ni par les Britanniques ni par les Européens. Le temps est loin où T. May affirmait qu’il valait mieux un Brexit sans accord qu’un mauvais accord tant l’approfondissement du sujet a montré à quel point une telle démarche serait folle.

Au lendemain du rejet retentissant de l’accord de divorce négocié par Theresa May avec l’Union européenne, l’incertitude est maximale sur ce qui pourrait suivre mais le cadre est posé : l’éventualité d’une sortie effective du Royaume-Uni de l’UE sans accord le 29 mars a presque disparu du radar à la faveur d’une solution, certes, encore inconnue mais ardemment recherchée. Nous l’écrivions avant-hier (ici) : les péripéties autour de ce dossier ne s’arrêteront pas après le vote du parlement.

Il s’agit là, probablement de la principale explication de la résilience de la livre Sterling au rejet de l’accord de T. May. En somme, une réaction de bon sens, personne ne pouvant décemment imaginer qu’un responsable politique quel qu’il soit propulse son pays dans l’abîme que serait celui d’un hard Brexit. À ce titre, même l’hypothèse d’un second référendum, aux résultats incertains, semble devoir être mise à l’écart, pour un temps au moins.

D-DAY Britannique

La Chambre des communes votera demain mardi sur l’accord de divorce négocié par Theresa May avec l’Union européenne. Les chances d’un rejet sont particulièrement élevées. Si tel venait effectivement à être le verdict, les Britanniques se trouveraient acculés à quitter l’UE sans accord le 29 mars, une hypothèse unanimement redoutée de part et d’autre de la Manche pour l’imprévisibilité de ses conséquences économiques. Les péripéties ne s’arrêteront probablement pas au vote de demain, cependant.

Lire la suite

Brexit stress

L’incertitude franchit un nouveau sommet après le report du vote sur l’accord de Brexit par Theresa May.

Nul ne pouvant plus imaginer que les responsables britanniques assument la folle décision de lancer leur pays dans le néant d’un Brexit sans accord préalable avec l’UE, l’espoir, aussi mince était-il, que Theresa May arrache une majorité au Parlement subsistait tant que le vote prévu demain était maintenu. Voilà qui n’est plus. En annonçant, après une immense confusion depuis le début du week-end, le report de ce vote, la 1ère Ministre Theresa May, a réveillé le spectre d’un impossible compromis, réouvrant par là-même toutes les options. L’économie britannique déjà fort mal en point n’en sortira assurément pas consolidée.

Lire la suite…

La Banque d’Angleterre lève l’incertitude : ce sera plus de hausses de taux et plus tôt

Les bons résultats de l’économie britannique sur fond d’inflation persistante à 3 % avaient semé le doute ces dernières semaines sur l’éventualité d’une nouvelle remontée des taux directeurs de la Banque d’Angleterre au premier semestre. Face aux incertitudes liées au Brexit, les anticipations peinaient toutefois à se départager, avec une probabilité implicite de hausse des taux autour de 50 %. Le comité de politique monétaire de ce jour lève les doutes : ce sera plus de hausses et plus tôt.

Lire la suite…

Rebond du marché européen, maintenant ou jamais

Après sept mois de tergiversations au cours desquels les indices boursiers européens sont allés de déceptions en déceptions, se laissant distancer par quasiment toutes les grandes classes d’actifs mondiaux, les dernières semaines de l’année pourraient-elles, enfin, prendre un tour plus encourageant ? La tentation est grande de l’envisager au vu des derniers développements. D’autant plus grande que, sans signe de réveil imminent, il sera progressivement de plus en plus difficile de continuer à espérer la concrétisation d’un rebond attendu de trop longue date par les investisseurs européens.

Lire la suite…

Le dépeçage de l’économie britannique débute ; effrayantes perspectives

Les conséquences du référendum du 23 juin 2016 s’accélèrent outre-Manche, dressant d’ores et déjà un tableau redoutable de ce qui pourrait advenir, à terme, de l’économie britannique si la raison ne reprend pas sans tarder le dessus à la table des négociations. À quelques quinze mois de la sortie programmée du Royaume-Uni de l’UE, l’incapacité à régler les questions préalables à l’ouverture des discussions sur l’accord commercial censé régir les relations futures entre le Royaume-Uni et l’UE, accroît de jour en jour l’éventualité d’un « hard Brexit », avec à la clé un chaos économique et financier aux ondes de choc difficilement prévisibles d’un côté comme de l’autre de la Manche.

Une telle issue n’est assurément pas celle que les partisans d’un Brexit ont vendue aux électeurs lors de la campagne du référendum. Ainsi, sauf à ce que les conditions dans lesquelles se déroulent les négociations n’aiguisent davantage le ressenti à l’égard des Européens, de telles perspectives sont susceptibles d’alimenter les doutes croissants des Britanniques sur la justesse de leur choix de 2016. Une nouvelle consultation pourrait dès lors voir le jour et éventuellement conduire à refermer ce délicat dossier, sans suite ; scénario que nous envisageons comme assez vraisemblable depuis l’échec de Theresa May aux élections anticipée du 8 juin dernier. En attendant et, surtout, en l’absence de pouvoir parier que telle sera bien la fin de cette épopée, les prochains mois ont tout lieu d’être ceux d’une escalade des menaces que ce divorce annoncé fait planer en Europe.

Lire la suite…