Le quatrième trimestre est sauvé au Royaume-Uni…

Comment ont évolué les économies occidentales jusqu’à la diffusion d’Omicron ? Pour l’heure, les données disponibles n’ont été que parcellaires, avec des climats des affaires, productions manufacturières et ventes de détail. Le PIB mensuel britannique offre quelques indications plus précises et un peu plus rassurantes, si tant est que le schéma se reproduise dans d’autres pays. Toujours soutenu par les services mais aussi par une hausse de 1 % de la production manufacturière et de 2,7 % des ventes de détail réelles (hors essence), le PIB a, en effet, augmenté de 0,9 % en novembre par rapport à octobre, soit un plus haut depuis juin. Cela porte l’acquis de croissance trimestriel à 1,3 %, un peu supérieur, même, à la hausse du troisième et l’acquis annuel à 7,5 % pour 2021 et à 3 % pour 2022. Le PIB britannique pourrait ainsi retrouver son niveau d’avant crise en fin d’année, de quoi potentiellement redonner des marges de manœuvre à la BOE. Les taux longs l’ont bien compris, ainsi que la livre.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Reprise britannique au coin de la rue ?

Le PIB mensuel britannique, publié aujourd’hui, fait état d’une croissance de 0,3 % en février, après une baisse de 2,2 % en janvier. Deux mois de forte baisse pour deux mois de faible hausse depuis novembre font reculer le PIB britannique de 8 % par rapport à ses niveaux d’avant crise. Peu de chances, donc, que le Royaume-Uni puisse afficher une croissance positive au premier trimestre. Outre ce rebond marginal, en février tout n’est cependant pas négatif : la production industrielle se reprend dans la majorité des secteurs, là où les chiffres en provenance de l’UE sont plutôt mauvais. Si la stratégie vaccinale devait porter ses fruits, la reprise pourrait être relativement franche dès le deuxième trimestre, tandis que le continent semble englué pour quelques mois encore dans la crise sanitaire.

 

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner