Mois de novembre, malgré tout, médiocre pour la production américaine

La production industrielle américaine a ralenti sa progression, passant de 1,1 % en octobre à +0,4 % en novembre, une tendance bien en-deçà des promesses envoyées par les différentes enquêtes de climat des affaires, que ce soit le PMI ou l’ISM manufacturiers. Quant au retard sur un an, il augmente de 0,5 points, à -5,5 %. Le diagnostic diffère peu pour le seul secteur manufacturier avec une hausse de 0,8 % et un recul de 3,7 % sur douze mois. Dans le détail, l’évolution de la production a été sauvée par l’automobile et les métaux de base. La plupart des autres secteurs font du sur place ou restent très déprimés. Alors que novembre est censé avoir bénéficié de l’effet Thanksgiving et du repli du dollar avant un regain sévère de l’épidémie, ces résultats sont non seulement décevants mais inquiétants pour la suite.

 

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Au contraire du PMI, l’ISM manufacturier plafonne

La robustesse du PMI manufacturier avait surpris la semaine dernière ; les résultats de l’enquête ISM sont plus conformes à notre appréciation sur la situation conjoncturelle américaine. Le repli de l’indice est limité en novembre, à 57,5 points contre 59,3 en octobre et aurait pu passer inaperçu sans le plafonnement de ses composantes sous-jacentes. Mais ces dernières piétinent depuis le milieu de l’été et la tendance ressemble à s’y méprendre à un début de retournement. Il n’y a en cela rien de bien surprenant, à en juger par la dégradation de la situation sanitaire et, Thanksgiving passé, décembre pourrait être plus compromis. Insensibles à la nouvelle, les marchés pourraient être un peu plus perturbés si, d’aventure, les messages en provenance de l’ISM non-manufacturier attendu jeudi, venaient à être du même tonneau.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Mauvais cocktail de données américaines ce 1er mai

Chute de l’ISM manufacturier mais tensions persistantes sur les prix selon cette même enquête et nouveau repli des ventes automobiles, le mixte des données américaines n’est pas de bon augure pour la croissance du deuxième trimestre. Une bien mauvaise tournure après un premier trimestre au ralenti et alors que la FED durcit le ton.

Lire la suite…