Marchés_américains : arguments haussiers versus inconfort fondamental

C’est chose faite, le 24 août, l’indice S&P500 américain a dépassé son précédent record historique du 26 janvier. Les réactions suscitées par ce nouvel exploit diffèrent assez sensiblement selon les observateurs. Alors que la grande majorité des investisseurs y voit la preuve d’une situation bien meilleure que redouté, supposant implicitement que les marchés ne se trompent jamais, d’autres, généralement plus sensibles aux messages de marchés obligataires, observent ces records comme une illustration de plus de la myopie des marchés boursiers dont ils redoutent les conséquences à terme pour l’équilibre financier. Comme toujours dans ces configurations, les deux points de vue sont difficilement réconciliables, correspondant à deux visions fondamentalement différentes des développements en cours que seules les évolutions futures permettront de départager à plus ou moins longue échéance. En attendant, le contexte en présence fait la part belle aux premiers, amenuisant par là-même leur capacité à entendre les arguments des seconds. Il faudra alors des éléments tangibles pour brouiller leurs convictions, cela pourrait prendre un certain temps.

Lire la suite…

Une rentrée jonchée de peaux de bananes

L’été financier s’est finalement déroulé dans un climat de torpeur bienveillante, successivement entretenu par la promesse d’un accord commercial entre l’UE et les Etats-Unis début juillet, les bons résultats des sociétés, puis, récemment, l’espoir suscité par l’annonce d’une reprise du dialogue entre les Etats-Unis et la Chine. Couronné par de nouveaux records du Dow Jones et du S&P 500, l’ensemble a permis de ravaler les multiples sujets de crispations notamment occasionnés par la crise des pays émergents, dont le point culminant avec la crise turque autour du 15 août a fini par être relégué au rang de nervosité épidermique saisonnière -sans conséquence fondamentale, donc- permettant, y compris, aux marchés européens de se ressaisir en toute fin de période.

La rentrée pourrait être plus épique à en juger par la tournure de la conjoncture mondiale et le nombre de dossiers en suspens que les prochaines semaines verront rouvrir. Un retour à la réalité susceptible de prendre à contrepied nombre d’investisseurs récemment tentés d’imaginer que les records franchis par les indices américains ouvrent, de facto, la voie à un nouveau round de hausse des marchés mondiaux, européens tout particulièrement.

Lire la suite…