Encore un peu de boulot pour casser la frénésie de crédit, M. Powell !

Dans la jungle des indicateurs économiques, les choix qu’aura à faire la FED dans les prochains mois seront, de toute évidence, bien délicats et les risques de ne pas prendre les bonnes décisions au bon moment proportionnellement élevés. Les données du jour donnent un aperçu des dilemmes auxquels elle risque de se confronter.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Trop petit accroc sur les ventes de détail américaines pour influencer la FED

Les ventes de détail stagnent en septembre en termes nominaux, quand les prix à la consommation, publiés hier, augmentent de 0,1 %. En termes réels, donc, elles se stabilisent également, voire reculent légèrement. D’autant qu’une bonne part des secteurs affiche une nette baisse, qui ne s’explique pas par un recul concomitant des prix comme c’est le cas pour les stations-service. Ainsi, malgré la hausse du nombre de véhicules vendu, les dépenses pour l’achat d’automobiles se tassent d’environ 0,4 %, après un rebond de 2,8 % en août. Quant à l’ameublement et à l’électronique, où l’on observe une nouvelle hausse des prix, les ventes nominales tendent à reculer, d’environ 0,7 % à 0,8 % dans les deux cas.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Il ne se passe rien aux Etats-Unis mais c’est encore trop pour la FED !

Tant que perdure l’inflation et que les données d’activité sont peu ou prou satisfaisantes, il n’y a pas vraiment de question à se poser sur l’orientation à venir de la FED : elle restera restrictive. C’est probablement la principale conclusion à retirer des données publiées aujourd’hui. Les ventes de détail nominales ont progressé de 0,3 % en août, soit de deux dixièmes de plus que l’inflation totale mais ont été révisées à la baisse de quatre dixièmes le mois précédent, à -0,4 %. La production industrielle baisse de 0,2 % en raison du recul des utilities mais sa composante manufacturière ne fait pas grand-chose, avec un gain marginal, de 0,1 %. Reste le recul de l’indicateur sur les conditions courantes du Philly Fed qui retombe à ses niveaux de juillet mais qui est nuancé par le léger rebond des perspectives et la remontée de l’indicateur new-yorkais, l’« Empire State »… L’ensemble n’a rien de particulièrement palpitant mais assez largement insuffisant pour inquiéter la FED.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Nouvelle alerte sur la conjoncture américaine avec les ventes de détail

Les ventes de détail à prix courants ont baissé de 0,3 % aux Etats-Unis le mois dernier, alors même que les prix à la consommation progressaient de 1 % en mai. Autant dire qu’en termes réels, il s’agit bien d’un recul des achats.  Quant aux ventes d’avril, initialement publiées en hausse de 0,9 %, elles ont été révisées à 0,7 %. Après la chute de 12% des immatriculations automobiles et l’effondrement de la confiance des ménages, à un plus bas niveau depuis 1950, selon l’université du Michigan, ces données, ainsi que l’indice manufacturier de la Fed de New-York , toujours en territoire négatif à -1,2, confirment le diagnostic d’un très net ralentissement conjoncturel, voire d’une récession.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Les anticipations de taux s’emballent face à des données américaines plutôt bonnes

La production industrielle américaine a progressé de 1,6 % entre septembre et octobre, tandis que sa composante manufacturière a gagné 1,3 % grâce à l’automobile et retrouve son plus haut depuis la fin d’année 2018. Voilà qui donne un peu d’air à l’économie américaine puisqu’il s’agit de la plus forte accélération depuis mars, après bien des embûches : covid, pénuries, ouragan… Possible, dès lors, que le mois d’octobre signe la fin de cette parenthèse, marquée par une progression médiocre du PIB au troisième trimestre, même si les incertitudes, notamment sanitaires, demeurent. Quand bien même, il en faudra beaucoup plus pour sortir de la stagnation qui touche la quasi-totalité des secteurs industriels, informatique excepté, depuis près de cinq ans. Mais les marchés pourraient ne pas s’embarrasser de telles considérations ; les anticipations de hausses des taux se retendent, au bénéfice du dollar…

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

La consommation américaine à nouveau dans le rouge

Nouveau repli des ventes de détail aux Etats-Unis en novembre, de 1,1 % par rapport à octobre, après un recul marginal de 0,1 % selon les données révisées. Entre les effets liés à Thanksgiving et ceux de la pandémie, il semble que les seconds l’aient emporté. Il est vrai que la confiance des consommateurs n’a guère décollé ces derniers mois et piétine toujours sur ses bas niveaux du début de 2014, en partie du fait de la lenteur du rattrapage du marché du travail sur lequel manquent toujours 10 millions d’emplois par rapport à la situation d’avant crise. Enfin, l’extrême détérioration de la situation sanitaire n’arrange naturellement rien, quoi qu’il en soit des contraintes imposées par les autorités en matière de mobilité. L’incapacité des démocrates et républicains à trouver un terrain d’entente sur un plan de soutien face à cette deuxième vague de coronavirus risque au total de se payer cher, comme le signale déjà le retournement du PMI dans les services ce mois-ci après son exubérance récente.

 

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner