Périlleuses accélérations estivales : le risque politique s’invite sur tous les fronts

La panique s’est emparée des marchés financiers depuis le début du mois d’août sur fond d’instabilités économiques, politiques et géopolitiques croissantes face auxquelles les promesses des banques centrales n’ont eu que des effets transitoirement apaisants. Face à la dégradation du contexte conjoncturel, aux risques politiques et financiers qui en découlent et à l’inefficacité de plus en plus flagrante des remèdes monétaires, les gouvernements s’agitent.  Mais ces avancées peinent à convaincre dans un contexte de guerre commerciale ravageuse et de défiance qu’exacerbent la chute des taux d’intérêt en territoire toujours plus négatif et une instabilité politique croissante.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Le point après le coup de semonce des marchés

Rappelez-vous l’Annapurna, image mise en avant en fin d’année dernière pour qualifier nos perspectives 2018. À cette altitude, la tentation est grande de tenter l’ascension du toit du monde, mais les pertes sont élevées et les faux pas, trop souvent, fatals. La faille de la semaine écoulée semble pouvoir être surmontée mais le terrain reste éminemment instable et les retardataires sont loin d’être sortis d’auberge. Où en sommes-nous en matière de balance des risques et sur quels éléments centrer l’attention ?

Lire la suite…