Après une année noire, quelle reprise pour l’automobile ?

Après une sortie de crise relativement conforme aux attentes au lendemain de la première vague de Covid du printemps 2020, le secteur automobile mondial, rattrapé par les pénuries de semiconducteurs, n’a quasiment pas cessé de décliner l’an dernier, agissant comme une chape au-dessus de l’ensemble de l’industrie manufacturière. Les indicateurs se sont progressivement améliorés ces dernières semaines. Si ces tendances se confirment elles ouvriront la porte à un redémarrage susceptible d’être vigoureux tant les retards accumulés en matière de production, de stockage et de ventes sont importants. Il en résulterait un nouvel élan des échanges mondiaux et un vent de reprise industrielle à même de donner un caractère cyclique un peu plus convaincant à la sortie de crise en cours. L’économie allemande, particulièrement impactée par les déboires du secteur, renouerait avec une croissance nettement supérieure à celle de 2021 et pourrait affronter son programme de réformes dans des conditions autrement plus confortables et les autres pays européens s’en tireraient aussi beaucoup mieux. L’économie américaine, serait, de son côté, bien mieux armée pour supporter le resserrement monétaire qui se profile et le monde émergent récolterait les bénéfices d’un regain industriel dont il reste éminemment dépendant. Alors y sommes-nous ?

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

« Pent-up demand » ? Les résultats de l’industrie automobile interrogent.

Traduisez : demande latente, ou potentiel de rattrapage. Abondamment usité par les économistes américains au lendemain de la crise de 2008 pour nous expliquer à quel point la reprise serait spectaculaire, le terme a fait son retour ces derniers mois pour qualifier ce qui est censé se produire après sa mise en hibernation forcée de la demande par les conditions sanitaires. Parmi les entreprises, la conviction est telle que leurs perspectives s’envolent dans la plupart des pays malgré des résultats encore bien décevants, comme illustré, une nouvelle fois ce matin, par les PMI chinois. Mais alors comment interpréter les mauvais chiffres récents en provenance de l’automobile, secteur censé être triplement protégé par les mesures de soutien, la percée des nouveaux modèles moins carbonés et le report de dépenses en provenance des services ? Même en Chine où le coronavirus semble être une affaire ancienne, les données interrogent. Un élément de l’équation manque-t-il et, si oui, lequel ?

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Reprise en SUV ou à vélo?

Les données de ventes automobiles des premières semaines de confinement sont maintenant pour la plupart connues et sont, évidemment, extrêmement mauvaises : en mars, les ventes ont chuté de 32 % aux États-Unis par rapport à février, soit une baisse de 34 % par rapport à mars 2019, à comparer à -85 % en Italie, -72 % en France, -38 % en Allemagne, soit un total européen en chute de 58 % ou 68 % selon que l’on inclut ou non le Royaume-Uni. Des chiffres qui, ajustés du début des périodes de confinement, sont assez conformes à ce qu’ont été les résultats chinois de février et début mars.

L’industrie automobile est traditionnellement très exposée aux chocs économiques de toute nature et constitue souvent un des éléments moteurs des récessions, de leur ampleur et de leur durée. Dépense d’importance pour les particuliers qui font l’essentiel de ce marché, largement financée à crédit, et donc soumise aux conditions monétaires plus ou moins favorables, la décision d’acquérir un véhicule peut aisément être décalée dans le temps en période d’incertitude, ceci, plus encore, lorsque son utilisation n’est pas indispensable, bien évidemment en période de confinement. Il n’y a donc rien de bien surprenant dans ces très mauvais résultats.

Reste que l’importance du secteur est unique, égalée par aucune autre branche, ce qui lui confère une influence toute particulière en matière de perspectives. On peut ainsi dire sans grand risque de se tromper que, du sort du secteur automobile dépendront dans une très large mesure ceux de l’emploi, du commerce international et des prix des matières premières des trimestres à venir, autrement dit l’essentiel de ce que sera la croissance mondiale au sortir de la crise actuelle. En 2008, l’accumulation sans précédent des stocks de véhicules avait constitué une des principales caractéristiques de la récession industrielle, de sorte que l’essentiel des initiatives de soutien était allé à destination du secteur. La reprise qui s’en était suivie, avait tiré l’économie mondiale de la récession en moins de neuf mois. Cette manne est assurément plus difficile à envisager aujourd’hui.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner