Inflation américaine : les effets pétroliers pointent le bout de leur nez

L’indice des prix à la consommation américain ressort en hausse de 1,7 % sur un an en février, après 1,4 % en janvier. L’inflation énergétique affiche quant à elle sa première variation positive depuis un an, de +2,4 %, et contribue à hauteur de 0,15 point à l’inflation totale, contre -0,25 point en janvier. Voilà qui fait plus qu’expliquer l’accélération constatée sur le deuxième mois de l’année.

Hors énergie et alimentation, l’indice d’inflation affiche une hausse sur un an de 1,3 %, après 1,4 % le mois dernier. Le ralentissement des prix des biens explique ce léger repli. La flambée des prix des véhicules d’occasion, principale cause de l’accélération des prix des biens hors énergie du second semestre, perd de sa vigueur ; leur hausse annuelle retombe à 9,3 % après 10 %. Quant aux prix des services, ils sont globalement stables, à +1,3 % en glissement annuel, avec toujours une très faible hausse mensuelle des loyers (0,1 %) dont la progression annuelle tombe davantage, à 1,5 % un plus bas depuis 2011.

Les prix de l’alimentation remontent de 0,2 % en février ce qui permet à leur évolution annuelle de ralentir très légèrement à +3,6 %.

 

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

L’inflation sous-jacente reflanche à 1 % en zone euro

Les estimations préliminaires de l’inflation en zone euro indiquent une baisse mensuelle de 0,2 % et un ralentissement à 2,0 % en glissement annuel, contre 2,2 % le mois précédent. De même, l’inflation sous-jacente retombe à 1 % en novembre, après une accélération temporaire à 1,1 % en octobre, dans le sillage d’un ralentissement de l’inflation des services, de 1,5 % à 1,3 %.

En France, l’inflation IPC rebaisse de trois dixièmes à 1,9 %, contre 2,2 % en octobre, du fait d’une décélération généralisée.

Lire la suite…

Moniteur des matières premières

Télécharger le moniteur

Le temps est-il venu d’une reprise sur les marchés des matières premières ?

Après trois années d’inertie, nombreux sont les investisseurs tentés de le penser ces dernières semaines. Conforme au schéma d’une amélioration graduelle de la situation économique internationale, ce regain d’intérêt n’est, somme toute, guère surprenant au vue de la confiance affichée par les marchés d’actions.

Notre scénario économique contrariant laisse, lui, peu de place à une reprise des cours mondiaux. Aux tensions géopolitiques ou climatiques près, l’environnement international pourrait même signaler un risque de décrue généralisée dans un contexte de désinflation rampante et de déceptions persistantes sur la croissance. Dans un tel contexte, c’est du côté de l’or que pourraient se trouver les fondamentaux les plus persuasifs d’un changement de cap possible à la hausse des cours…

Sommaire

  1. Stabilité peu coutumière des cours depuis 2012
  2. Une facture énergétique globalement supportable…
  3. … Grâce au repli de la consommation
  4. Veille agricole…
  5. Précieux : un ressaisissement possible avec la fin de QE