Confinement #2 : premiers repérages

Dans quelle mesure les nouvelles restrictions sanitaires auront-elles un effet comparable à la première vague de confinement ? Est-on mieux préparé et, à ce titre, mieux armé pour gérer les contraintes à venir qu’au cours du printemps ? L’Europe est-elle une exception sanitaire susceptible, de ce fait, d’être protégée par la poursuite de la reprise internationale ? Gouvernements et banques centrales ont-ils les moyens de faire face à cette nouvelle menace ?… Les interrogations vont bon train face au regain de l’épidémie et à la multiplication des annonces de restriction dans un nombre croissant de pays européens. Si les réponses à ces questions restent incertaines, quelques éclairages méritent l’attention.

 

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

La baisse de PIB britannique amortie par le retard de confinement

Avec une chute de 2 % au premier trimestre, le PIB réel britannique recule dans des proportions comparables à celui des Etats-Unis mais bien moins fortes que ceux de la France ou de l’Italie. Il faut dire qu’après avoir misé sur « l’immunité collective », le gouvernement Johnson n’a décrété le confinement que le 23 mars, ce qui explique, pour une bonne part, le faible recul enregistré. En mars, le PIB s’est tout de même contracté de 5,8 %, ce qui augure d’un impact beaucoup plus fort de la pandémie en avril et mai.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner