Le climat des affaires INSEE sauve la mise mais semble déjà obsolète

Peu de mouvements sur les indicateurs de climat des affaires de janvier, l’indice composite est quasiment stable à 92 points et connait donc son onzième mois sous sa moyenne de long terme. Seule l’industrie enregistre une hausse notable, de quatre points, pour atteindre 98, son plus haut niveau depuis mars. Les services et le commerce n’enregistrent en revanche pas de variations d’ampleur, à 91 et 93 respectivement. Seule note positive de ce rapport, les entrepreneurs sont légèrement plus optimistes quant à l’avenir. Reste que l’incertitude de ce début d’année incite à prendre du recul face à cette amélioration des perspectives.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Perspectives 2021 : reflation, enfin ?

Après une contraction sans précédent de plus de 4 % de l’économie mondiale cette année, 2021 devrait être une année de rattrapage avec une croissance autour de 5 %. L’épidémie de coronavirus, bien qu’encore très active, semble en mesure de pouvoir être maitrisée d’ici à la fin du printemps 2021 ce qui irait de pair avec un début de normalisation de l’activité et de la mobilité économique à partir de l’été. Alors que les mesures de soutien à l’économie, en provenance des banques centrales ou des États ont considérablement réduit l’impact de la crise sanitaire sur les ménages et les entreprises, la mise en place des premiers dispositifs de relance structurels entretient une relative confiance. Reste néanmoins de nombreuses incertitudes sur ce que sera cette reprise et les délais nécessaires pour ramener l’économie mondiale sur sa trajectoire d’avant crise.

–    Si le programme du président J. Biden suscite d’immenses espoirs, les marges de manœuvre de la nouvelle administration sont très incertaines face à une opposition farouche des républicains.

–    Le haut niveau d’endettement des entreprises est un autre point majeur de ces questionnements, en termes de risques financiers d’une part et de capacité de ces dernières à prendre le relai de l’investissement public.

–    Les destructions d’offre, en particulier dans le tertiaire, constituent la troisième incertitude majeure, notamment pour ce qu’elles impliquent pour le futur du marché de l’emploi et, simultanément, les sous-jacents d’inflation.

Les développements sur ces trois points-clés conditionneront dans une large mesure ceux des taux d’intérêt et la capacité des banques centrales à prévenir des hausses futures dans un environnement de surendettement généralisé des États et d’extrême dépendance des marchés financiers au très bas niveau historique des taux réels. En dépit de perspectives de croissance plutôt réconfortantes, 2021 s’annonce avant tout comme une année d’incertitudes et de risques persistants, bien que de nature potentiellement très différente de 2020.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

La chute de la mobilité s’accélère en Europe et l’acquis du PIB 2021 s’effondre

L’épidémie de Covid-19 continue à faire des ravages en Europe et les perspectives économiques trinquent. France et Belgique qui étaient il y a peu des exceptions sont quasiment devenues la norme en Europe de l’ouest ces derniers jours, Royaume-Uni inclus. En début de semaine, l’indicateur Google de mobilité est tombé à -48 % en Allemagne, un niveau proche de celui observé au pire de la crise au printemps (-52 % en avril) et converge partout ailleurs vers ceux de la France et de la Belgique.

Malgré les tentatives des gouvernements pour réduire l’impact économique des mesures de distanciation, leurs effets sur les consommateurs sont donc considérables. Le quatrième trimestre en paiera les conséquences avec de nouvelles baisses importantes de l’activité. Un retour graduel à une situation moins pénalisante en décembre pourrait atténuer ce choc mais ne permettra pas de combler les pertes en cours. Dans de telles conditions, la chute du PIB du quatrième trimestre pourrait avoisiner 7 % en zone euro ; de quoi aggraver le bilan de l’année 2020 et, plus encore, l’acquis de croissance pour 2021 dont la base, jusque-là prévue positive, deviendrait fortement négative.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner