En situation délicate, la BoE fait figure de test pour ses homologues

La Banque d’Angleterre devrait être la première grande banque centrale occidentale à annoncer une hausse de ses taux directeurs, avant la fin de l’année, voire dès demain. Confrontée au dilemme de toutes les institutions monétaires, celui d’une activité encore fragile mais d’une inflation en forte hausse, la Banque d’Angleterre est soumise à un risque exacerbé sur les prix du fait de l’insularité du pays et des effets du Brexit. L’inflation britannique devrait être forte et le rester dans les trimestres à venir, la hausse des prix administrés de l’énergie s’ajoutera, en effet, à celle de l’essence en octobre et va, selon toute vraisemblance faire rebondir l’inflation vers 4%, voire au-delà au dernier trimestre. Quant au début d’année prochaine, il sera marqué par la hausse de plus de 6 % du salaire minimum décidée par le gouvernement.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner
Partager ceci :
Share