Baisse des taux de la FED : une délicate question de timing

Les marchés envisagent à 73,9 % la probabilité d’une baisse des taux des Fed funds d’un quart de point et à 26,1 % celle d’une baisse de 50 points de base au terme du FOMC du 31 juillet : autrement dit, les anticipations ne font aucune place à un statu quo pour ce mercredi malgré l’inconfort de ces dernières semaines à l’idée d’un changement d’orientation monétaire souvent jugé trop précoce. De fait, la volte-face de J. Powell depuis le début du mois de juin suscite de nombreuses interrogations : la FED fait-elle une erreur, se soumet-elle aux pressions du président D. Trump, sait-elle des choses que les marchés ignorent ?… Pour nombreux, cette incompréhension conduit à considérer que J. Powell n’ira pas très loin dans la voie d’un assouplissement de sa politique et qu’il pourrait s’arrêter dès l’automne après avoir abaissé l’objectif du taux des Fed Funds de 50 points de base, dans une fourchette de 1,75 % à 2 %. Il se pourrait que cette conclusion soit le fruit d’une lecture trop conciliante de la situation américaine et, par là-même, trop confiante sur l’effet des baisses de taux sur la croissance et les marchés financiers. S’il n’y a, certes, pas d’urgence à abaisser le niveau des taux directeurs dès cette semaine, il y a bien des raisons de penser que la FED ne pourra échapper très longtemps à un assouplissement significatif de sa politique. Si tel venait à être le message de J. Powell cette semaine, il n’est pas certain que la baisse des taux reste longtemps perçue comme l’assurance tout risque que l’on lui prête.

 

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner
Partager ceci :
Share